Accueil » Les numéros » 91. Multitudes 91. Eté 2023 » Majeure 91. Conspirations hors complots

Majeure 91. Conspirations hors complots

Entre réinformation et complotisme
Alèthurgie * et médiations, par
, et

Entre réinformation et complotisme
Aléthurgie et médiations
La méconnaissance du virus SARS-CoV-2 et une communication publique déficiente ont contribué à alimenter l’incertitude radicale depuis le début de la pandémie. Cette conjoncture est propice au déferlement de contre-discours dits complotistes dans les arènes numériques et autres « forums hybrides ». Les institutions publiques et médiatiques, en privilégiant une approche épistémologique basée sur le debunking, échouent à comprendre la préférence d’une frange de la population pour les vérités « alternatives » au détriment des preuves scientifiques. En analysant les formes médiatiques et alèthurgiques d’un tel contre-discours, nous montrons comment il se nourrit de l’incertitude pour asseoir son pouvoir et son autorité, témoignant du retour d’une (mauvaise) parrêsia.

Between Reinformation and Conspiracy
Alethurgia and Mediations
Lack of knowledge of the SARS-CoV-2 virus and poor public communication have contributed to the radical uncertainty since the start of this pandemic. This situation is conducive to the outpouring of so-called conspiracy theories in digital arenas and other “hybrid forums”. Public and media institutions, by privileging an epistemological approach based on debunking, fail to understand the preference of a segment of the population for “alternative” truths rather than scientific evidence. By analyzing the media and alethurgic forms of such a counter-discourse, we show how it feeds on uncertainty to establish its power and authority, testifying to the return of a (bad) parrhesia.

Sortir du désenchantement, par

Sortir du désenchantement
Rêves, nymphes, démons, fantômes, conversations avec les animaux et les montagnes, enseignements transmis par les plantes : l’enchantement a disparu de nos vies. Quiconque ose l’évoquer viole les canons épistémologiques les plus élémentaires qui régissent notre monde et est immédiatement disqualifié comme ignorant ou fou. Il est toutefois suspect que le tabou de l’enchantement entre en action précisément lorsque le processus historique de la modernité commence à produire des spectres et des cauchemars à une échelle industrielle : le monde est peuplé de fantômes et personne ne peut plus en parler. Contre le récit triomphant de la modernité et les fables noires du complotisme dark, l’article propose de repartir de l’efficacité symbolique de Lévi-Strauss pour repenser notre rapport à l’enchantement sous le signe de la sensibilité, de la multiplicité et de l’autonomie.

Leaving the disenchantment
Dreams, nymphs, demons, ghosts, conversations with animals and mountains, teachings transmitted by plants: enchantment has disappeared from our lives. Anyone who dares to evoke it violates the most elementary epistemological canons that govern our world and is immediately disqualified as ignorant or crazy. It is suspicious, however, that the taboo of enchantment comes into play precisely when the historical process of modernity begins to produce specters and nightmares on an industrial scale: the world is populated by ghosts and no one can talk about them anymore. Against the triumphant narrative of modernity and the black tales of dark conspiracy, the article proposes to start again from Lévi-Strauss’ symbolic efficiency to rethink our relationship to enchantment under the sign of sensitivity, multiplicity and autonomy.

Multitudes en images

Où allons-nous vivre maintenant ?Du mouvement en art et en statistiqueEchelle inconnueBorderland - Consulter les œuvres de Melik OhanianLiliana Porter + Ana Tiscornia. Coup de foudreDe Téhéran et d’IvryTroubler le regardEntretien avec Simon BoudvinPour l’exposition « Travessias »Les collectifs invités
Multitudes