Accueil » Les numéros » 89. Multitudes 89. Hiver 2022

89. Multitudes 89. Hiver 2022

A chaud 89.

Hors-champs 89.

Chair en miettes
Pessimisme, optimisme et tradition radicale noire, par

Chair en miettes
Pessimisme, optimisme et tradition radicale noire
En 1983, Cedric J. Robinson introduit sous le titre d’une « tradition radicale noire », l’idée d’une généalogie spécifiquement africaine de la lutte contre l’esclavagisme, le capitalisme et l’impérialisme, distincte du marxisme européen. La pensée « afropessimiste » s’inspire d’Hortense Spillers pour mesurer les conséquences de la soustraction des Noirs aux ordres de l’humanité et de la subjectivité politique, en une violence qui convertit les vies africaines en chair. Le poète et théoricien africain américain Fred Moten revisite aujourd’hui ces pensées en inventant un « optimisme noir », qui entend faire valoir l’ambivalence et l’ambiguïté de la noirceur, soulignant ses potentialités particulières et désignant dans « la chair » une possibilité de formuler de nouvelles formes de vie.

Flesh in Pieces
Pessimism, Optimism and the Black Radical Tradition
In 1983, Cedric J. Robinson introduced, under the title of a “black radical tradition”, the idea of a specifically African genealogy of the struggle against slavery, capitalism and imperialism, distinct from European Marxism. “Afropessimist” thought draws on Hortense Spillers to measure the consequences of the subtraction of Blacks from the orders of humanity and political subjectivity, in a violence that converts African lives into flesh. The African American poet and theorist Fred Moten revisits these thoughts today by inventing a “black optimism,” which asserts the ambivalence and ambiguity of blackness, emphasizing its particular potentialities and designating in “the flesh” a possibility of formulating new forms of life.

Icones 89. Warren Neidich

Warren Neidich
Mémoire simulée et cerveau câblé
L’émergence d’un précariat surordonné, par

Mémoire simulée et cerveau câblé
L’émergence d’un précariat surordonné
En parallèle avec le dossier d’œuvres que Warren Neidich a préparé pour la rubrique Icônes, cet article pose les bases théoriques d’analyses conceptuelles et d’expérimentations politiques faisant du « cerveau sans organes » un principe de résistance aux dangers posés par le « cerveau câblé ». La multiplication d’interfaces promettant d’assurer une communication directe entre nos systèmes nerveux et nos appareils de computation est ici envisagée à travers la mutation du cognitariat du capitalisme cognitif en un « précariat surordonné » du capitalisme neuronal, c’est-à-dire d’une force de travail disponible 24/7 dont les capacités cognitives, affectives, mémorielles et imaginatives seraient techniquement modulables selon les besoins de l’appareil productif.


Simulated Memory and the Wired Brain
The Emergence of a Superordinate Precariat
In parallel with the dossier of artistic works Warren Neidich has prepared for the Icons section, this article lays down the theoretical foundations for conceptual analyses and political experiments making the “brain without organs” a principle of resistance against the dangers posed by the “wired brain”. The multiplication of interfaces promising to ensure a direct communication between our nervous systems and our computational devices is envisaged here through the mutation of the cognitariat of cognitive capitalism into the “superordinate precariat” of neural capitalism, i.e., a labor force whose cognitive, affective, memorial and imaginative capacities would be technically modulable according to the needs of the productive apparatus.

Majeure 89. Contre-enquêtes en open source

Des collectifs hétéroclites d’investigation s’emparent de l’information foisonnante que les nouveaux médias – réseaux sociaux, leaks et plateformes – mettent en libre accès afin de contrer les représentations assénées d’en haut. Les contre‑enquêtes OSINT esquissent un horizon inédit de renseignement en réseau et par le bas, au carrefour de la contre‑information, de l’esthétique et des sciences sociales.

Enquêtes et renseignement numérique dans la guerre en Ukraine, par et

Les pratiques poétiques à l’ère de l’OSINT
« Nous n’avons qu’à saisir les rapports », par

Les pratiques poétiques à l’ère de l’OSINT
« Nous n’avons qu’à saisir les rapports »
À l’ère où tout un chacun a la capacité de produire des images, sons, textes ou vidéos en un seul clic et ce grâce aux « super-médias », cet article explore la manière dont les pratiques poétiques contemporaines s’approprient des sources d’information ouvertes pour mener des enquêtes sur des « réalités non couvertes » par les médias dominants. En se confrontant à la masse gigantesque de données publiquement disponibles, ces pratiques entreprennent de les trier, de les filtrer, de les sélectionner ou de les re-décrire par différents médias ou formats pour les rendre plus accessibles, significatives et expressives. Cet article étudie les caractéristiques formelles de ces pratiques et suggère la manière dont elles proposent une nouvelle praxéologie de l’action à l’âge du « capitalisme de surveillance ».

Poetry Practices in the OSINT Era
“We simply have to see relationships”
In an age where anyone can produce images, sounds, texts or videos at the click of a button, thanks to “super-media”, this article explores how contemporary poetic practices appropriate open sources of information to investigate realities “uncovered” by the dominant media. By confronting the gigantic mass of publicly available data, these practices undertake to sort, filter, select or re-describe them through different media or formats to make them more accessible, meaningful and expressive. This article examines the formal characteristics of these practices and suggests how they propose a new praxeology of action in the age of “surveillance capitalism”.

Mineure 89. Design is the answer, but what was the question ?

Aujourd’hui, au moment où semble s’imposer le choix « entre moderniser et écologiser », le design surgit au centre du débat. D’une part, on lui attribue un rôle éminent dans les récits généalogiques de l’Anthropocène, comme un des instruments des dévastations capitalistes, de la domination de la nature et de la colonisation ; de l’autre, on lui octroie une mission salvatrice. Le design comme cause de la crise et comme sa solution. Dans tous les cas, le design est envisagé dans la perspective d’un tournant civilisationnel qui impose de rompre avec la modernité. Il est alors urgent de s’interroger sur son impact réel, sur sa capacité à répondre aux crises sociales et aux bouleversements écologiques.

Le dilemme du design, par

Le dilemme du design
Le texte se focalise sur l’ambiguïté et le flou du concept de design depuis les années 1960, sur notre appréhension du design comme force de transformation ou problème. En partant du fameux kitchen debate, il s’interroge également sur le discours du design dans les pays (post)socialistes. Le 9e congrès du Conseil International des Sociétés de Design Industriel (ICSID qui s’est tenu à Moscou en 1975 sous le titre Design pour l’homme et la société, a joué un rôle clé dans le positionnement du design dans le contexte politique mondial. La question de l’humain dans, avec et par le design a donc toujours été centrale, même dans des systèmes politiquement antagonistes, et reste encore aujourd’hui l’une des questions essentielles pour toute recherche de solutions aux multiples crises.

The Design Dilemma
The text focuses on the ambiguity and vagueness of the concept of design since the 1960s and on our understanding of design as a transformative force or as a problem. Starting from the famous “kitchen debate”, it also questions the discourse about design in the (post)socialist countries. A key role in defining the position of design in the global political context was played by the 9th ICSID Congress, held in Moscow in 1975 under the title Design for Man and Society. Across politically antagonistic systems, the question of the human in, with, and through design has always been at the center of attention and still forms one of the core questions in the search for ways out of the multiple crises.

Si le design n’est pas la réponse, que pourrait‑il être ?, par , et

Le design est la réponse mais quelle était la question ?, par , et

Le design est la réponse, mais quelle était la question ?
Les designers et théoriciens Ezio Manzini et Virginia Tassinari répondent à la question posée par le titre du dossier, Design is the answer, but what was the question ? Si, d’une part, se pose la question de l’impact social et politique du design et de sa responsabilité dans les changements sociaux, de l’autre s’impose une réflexion sur les modes d’action du design et sur les fondements de cette action. Dans cette perspective, Manzini met en avant les pratiques d’engendrement et d’engagement comme stratégies d’action communes et communautaires, alors que Tassinari explique comment la définition du designing (plus que du design) comme une action politique nécessite une remise en question du cadre épistémologique qui la fonde.

Design is the Answer, but what was the Question?
Designers and theorists Ezio Manzini and Virginia Tassinari answer the question posed by the title of the dossier, Design is the answer, but what was the question? If, on the one hand, the question of the social and political impact of design and its responsibility for social change is raised, on the other hand, it is necessary to reflect on the modes of action of design and on the foundations of this action. In this perspective, Manzini highlights the practices of engendering and engaging as strategies of common and community action, while Tassinari explains how the definition of designing (more than design) as a political action requires a rethinking of the epistemological framework that founds it.

Re‑designer les fictions modernes pour re‑designer nos réalités
Le projet New Weather TV, par

Re-designer les fictions modernes pour re-designer nos réalités
Le projet New Weather TV
Dès lors que nos réalités sont composées d’images, nous devons réfléchir de manière critique à nos archives modernes afin de déconstruire nos (re)présentations les plus communes. Le projet de recherche en design New Weather TV se concentre plus particulièrement sur les images du bulletin météorologique mainstream. Il appréhende la météo en tant qu’artefact de design politique qui incruste les idéologies modernes (et donc anthropocentriques) dans nos réalités quotidiennes (occidentales) : vues globales de notre planète, visions objectives du monde, frontières et images sublimées des catastrophes. En explorant la performativité du design, New Weather TV pose la question suivante : comment re-designer les visions anthropocènes afin de reconfigurer les relations homme-nature ?

Re-Designing Modern Fictions
to Re-Design our Realities
The New Weather
TV project
Since our realities are composed of images, we need to think critically about our modern archives in order to deconstruct our most common (re)presentations. The design research project New Weather TV focuses specifically on the images of the mainstream weather report. It apprehends the weather as an artifact of political design that inserts modern (and thus anthropocentric) ideologies into our everyday (Western) realities: global views of our planet, objective posturing, borders, and sublimated images of disaster. By exploring the performativity of design, New Weather TV asks the following question: how can we re-design anthropocentric visions in order to reconfigure human-nature relations?

Multitudes en images

Penser l’art brut aujourd’huiConfusion / New Order?Florence LazarOurgroup The Making of(f)Antonio Gallego & José Maria GonzalezConsulter l'Icônes 52Making Do and Getting ByMauricio HoraEntretien avec Gaëtane Lamarche-Vadel