Accueil » Les numéros » 88. Multitudes 88. Automne 2022 » Majeure 88. Justice transformatrice

Majeure 88. Justice transformatrice

pensées impensables
la culture de la dénonciation au temps du covid-19, par

Nous réapproprier nos conflits, par

Nous réapproprier nos conflits
Poser les fondements d’une justice transformatrice en France soulève de nombreuses difficultés, qu’il s’agit de considérer afin de proposer une théorie abolitionniste ancrée dans la pratique et le quotidien. L’article confronte certaines théories états-uniennes de la justice transformatrice avec le travail de terrain, notamment réalisé par l’association Fracas, dans les milieux militants queer et féministes français. L’autrice entend ainsi apporter un nouvel éclairage sur un type de justice encore peu connu en France. Justice de la communauté, la justice transformatrice appelle à se réapproprier nos conflits et nos modes de gestion pour sortir du pénal et de leur judiciarisation tout en portant une réflexion de fond sur les rapports structurels de domination.

Reclaiming Our Conflicts
Laying the ground for the development of a Transformative Justice movement in a French context raises many difficulties, some of which are addressed in this article offering an abolitionist account of conflict resolution based on everyday practices. Confronting US-centered theories with the grassroot work realized in queer and feminist activist communities in France with the collective FRACAS, this article endeavors to shed light on a form of community-based justice little known in France. Based on community accountability, Transformative Justice is a call for reclaiming our conflicts and our everyday capacity to solve them out of the penal and criminal systems, offering a precious way towards a different understanding of the mechanics of domination.

Rencontrer les inapproprié·es
Liminalité de la Justice et de la Réconciliation au Canada, par

Rencontrer les inapproprié·es
Liminalité de la Justice et de la Réconciliation au Canada
Cet article propose une spéculation à l’échelle géopolitique de la « réconciliation » entre les Premières nations et l’État colonial canadien, demandant à quoi pourrait bien ressembler une justice qui ne reproduirait pas le monde dont elle cherche à réparer les violences ? Il suggère que les conceptions héritées de la justice du côté de l’Occident colonisateur ne sont pas assez bizarres, que les solutions proposées pour faire face à la violence n’ont pas assez d’humour, d’étrangeté, d’instabilité, pour proposer des bascules significatives. C’est du côté de la rencontre avec les « inappropriées » que se jouent de telles bascules, capables de transformer nos rapports à la notion de justice.

Meeting the Inappropriate/d
The Liminality of Justice and Reconciliation in Canada
This paper speculates on the geopolitical scale of “reconciliation” between First Nations and the Canadian colonial State, asking what justice might look like when it does not reproduce the world whose violence it seeks to repair? It suggests that the inherited conceptions of justice from the colonizing West are not bizarre enough, that the proposed solutions to violence do not have enough humor, strangeness, instability, to propose meaningful shifts. It is on the side of the encounter with the “inappropriate/d” that such shifts are played out, capable of transforming our relationship to the notion of justice.

Semences de liberté
Préparer le terrain pour l’abolition à Durham, Caroline du Nord, par

Semences de liberté
Préparer le terrain pour l’abolition à Durham, Caroline du Nord
Ce texte passe en revue les caractéristiques principales d’une expérience de jardins ouvriers menée à Durham, en Caroline du Nord pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes. Le jardin, l’acte de jardiner sont envisagés comme des techniques de justice transformatrice : se rassembler, entrer en contact les unes avec les autres, cultiver de quoi se nourrir, sentir la terre et les histoires de violence qui la précèdent, se donner les moyens d’y faire pousser autres choses. Toutes ces pratiques interrelient l’histoire, la communauté et les conditions matérielles d’existence pour faire exister la justice sous la forme de plantes qui poussent, là même où, selon les mots d’Audre Lorde, « nous n’étions pas censées survivre ».

Freedom Seeds
Growing Abolition in Durham, North Carolina
This paper reviews the key features of an experiment in allotment gardening in Durham, North Carolina, to address sexual and gender-based violence. The garden and the act of gardening are envisioned as transformative justice techniques: coming together, connecting with each other, growing food, feeling the land and the preceding histories of violence, empowering each other to grow other things. All of these practices interrelate history, community, and the material conditions of existence, to make justice exist as plants that grow, even where, in Audre Lorde’s words, “we were not meant to survive.”

Multitudes en images

Entretien avec Gaëtane Lamarche-VadelMontre tes blessuresTroubler le regardBorderland - Consulter les œuvres de Melik OhanianSuzanne Doppelt. Dans le genre poésieConsulter l'Icônes 52