Accueil » Les numéros » 91. Multitudes 91. Eté 2023 » Mineure 91. Chili, dynamiques démocratiques

Mineure 91. Chili, dynamiques démocratiques

Une chorale de voix mineures
Mouvances, montages, mutations, par

Feux intentionnels, broderies collectives, par

Feux intentionnels, broderies collectives
Alors que le pays brûle, je brode. Je le fais depuis des années pour différentes raisons. Tout d’abord, pour évoquer les tissus de ma maison qui ont été brodés par ma mère et mes tantes. D’autre part, pour apporter cette affectivité et cette mémoire dans un espace organisationnel avec mes collègues de travail. Nous nous sommes réunies et rapprochées après avoir brodé une grande toile représentant les travailleurs de la maison centrale de l’université du Chili, une tâche qui nous a pris des mois et qui a été décomposée en d’autres pièces connexes, telles que des slogans et des revendications syndicales. Des pièces différentes, mais toutes liées. J’ai également brodé un slogan de lutte pour les survivants de la violence politique et sexuelle pendant la dictature. Je continue également à broder les souvenirs d’un groupe de femmes qui ont été enlevées et assassinées dans la ville de mon enfance, en créant leurs visages avec un matériau particulier : les cheveux de femmes comme elles.

Intentional Fires, Collective Embroidery
While the country burns, I embroider. I’ve been doing it for years for different reasons. First, to evoke the fabrics in my home that were embroidered by my mother and aunts. Second, to bring that affectivity and memory into an organizational space with my co-workers. We got together and got closer after embroidering a large canvas representing the workers of the central house of the University of Chile. I also continue to embroider the memories of a group of women who were abducted and murdered in my childhood town, creating their faces with a particular material: the hair of women like them.

Le peuple mapuche au Chili
Au-delà de l’invisibilité, par

Le peuple mapuche au Chili
Au-delà de l’invisibilité
Les luttes des peuples indigènes sont une constante invisible de l’histoire du Chili, car elles constituent l’envers caché de la construction de l’État et de son évolution politique. C’est précisément parce que le Chili n’a pas réussi à construire des canaux institutionnels efficaces pour l’inclusion des peuples indigènes que leur invisibilité constitue le fait fondateur de leur place dans la communauté politique. La sortie de cet état se produit, en particulier pour le peuple mapuche, sous forme d’irruptions qui perturbent la vie commune : d’une part, la violence politique exercée par des secteurs radicalisés du peuple mapuche qui ont abandonné les voies institutionnelles et démocratiques ; d’autre part, l’action politique non soutenue, qui a cherché à reconstruire le peuple mapuche en tant que nation.

The Mapuche People in Chile
Beyond Invisibility
The struggles of the indigenous peoples are an invisible constant in Chilean history, because they are the hidden side of the construction of the State and its political evolution. The resistance to oppression occurs, especially for the Mapuche people, in the form of irruptions that disrupt communal life: on the one hand, political violence exercised by radicalized sectors of the Mapuche people who have abandoned institutional and democratic paths; on the other hand, unsupported political action, which has sought to reconstruct the Mapuche people as a nation.

Multitudes en images

Borderland - Consulter les œuvres de Melik OhanianOù allons-nous vivre maintenant ?Entretien avec Gaëtane Lamarche-VadelLiliana Porter + Ana Tiscornia. Coup de foudreIcônes 80. ACBE/Johann Hauser/Óscar Fernando Morales/Janko Domsic/Szabolcs  Bozó/Giovanni Bosco/Dwight Mackintosh/José Manuel Egea/Alberto Jorge Cadi/Louis Bec/Guo Fengyi/Davood Koochaki/Mihai Zgondoiu/Cartes, caryographies, diagrammes, etcChristophe Jacquet. Cash Withdrawal©Joseph Yosef Dadoune .رخالا / רחאהStéphane Degoutin & Gwenola Wagon. Le rêve de la raisonDe Téhéran et d’IvryNaldinho Lourenço, Occupation de la RocinhaUn monde qu’on ne veut pas voirEntretien avec Simon Boudvin
Multitudes