Accueil » Les numéros » 88. Multitudes 88. Automne 2022

88. Multitudes 88. Automne 2022

Hors-champs 88.

Trois écologies
Bateson et Guattari, par

Trois écologies
Bateson et Guattari
Après avoir rappelé ce que Guattari doit au travail théorique de l’américain Gregory Bateson et des argentins Varela et Maturana, l’auteur souligne que pour ces auteurs, il ne s’agit pas de s’adapter à la transformation des systèmes mais de co-évoluer avec eux. Notre survie sur cette planète n’est pas seulement menacée par les atteintes à l’environnement, mais par une dégénérescence du tissu de la solidarité sociale et des modes de vie psychique, qui doivent littéralement être réinventés. Le changement est un processus qui touche chaque fragment subconscient préindividuel, chaque personne, chaque famille, chaque localité, chaque groupe, chaque classe, chaque tribu, chaque public, jusqu’aux niveaux internationaux, avec des lignes transversales qui s’entrecroisent en de multiples réseaux. La bifurcation et l’émergence, autrefois connues sous le nom de révolution, se sont toujours produites lorsque des micro-révolutions ont pu coalescer en nouveaux pôles de valorisation. Guattari tente d’articuler les trois écologies, environnementale, sociale et mentale, en relation les unes avec les autres de manière inséparable, mais aussi comme des domaines autonomes livrés à leurs modes uniques, sans jamais permettre à l’un de dominer et de mettre en danger les autres.

Three Ecologies
Bateson and Guattari
After recalling what Guattari owes to the theoretical work of the American Gregory Bateson and the Argentinians Varela and Maturana, the author emphasises that for these authors it is not a question of adapting to the transformation of systems but of co-evolving with it. Bifurcation and emergence, once known as revolution, have always occurred when micro-revolutions have been able to coalesce into new poles of valorization. Guattari attempts to articulate the three ecologies, environmental, social and mental, in relation to each other in an inseparable way, but also as autonomous domains left to their own unique modes, without ever allowing one to dominate and endanger the others
.

Majeure 88. Justice transformatrice

« Les vies noires comptent », « Defund the police », « L’abolition maintenant ! », « Pas de justice, pas de paix », autant de formules virales dans les médiasphères du globe depuis 2020, intensifiant les luttes transféministes et antiracistes militant pour l’abolition du capitalisme carcéral. Et si, au lieu de la punition et de l’emprisonnement, nous pouvions apprendre à faire des violences et des conflits que nous traversons des opportunités pour transformer le monde qui leur a permis de se produire ? La justice transformatrice fait partie de ces spéculations abolitionnistes et de ces pratiques alternatives (concrètes, fragiles, précaires) qui s’efforcent de court-circuiter le recours à la logique punitive, et de nous rendre capables de nous rendre des comptes les un·es aux autres.

pensées impensables
la culture de la dénonciation au temps du covid-19, par

Nous réapproprier nos conflits, par

Nous réapproprier nos conflits
Poser les fondements d’une justice transformatrice en France soulève de nombreuses difficultés, qu’il s’agit de considérer afin de proposer une théorie abolitionniste ancrée dans la pratique et le quotidien. L’article confronte certaines théories états-uniennes de la justice transformatrice avec le travail de terrain, notamment réalisé par l’association Fracas, dans les milieux militants queer et féministes français. L’autrice entend ainsi apporter un nouvel éclairage sur un type de justice encore peu connu en France. Justice de la communauté, la justice transformatrice appelle à se réapproprier nos conflits et nos modes de gestion pour sortir du pénal et de leur judiciarisation tout en portant une réflexion de fond sur les rapports structurels de domination.

Reclaiming Our Conflicts
Laying the ground for the development of a Transformative Justice movement in a French context raises many difficulties, some of which are addressed in this article offering an abolitionist account of conflict resolution based on everyday practices. Confronting US-centered theories with the grassroot work realized in queer and feminist activist communities in France with the collective FRACAS, this article endeavors to shed light on a form of community-based justice little known in France. Based on community accountability, Transformative Justice is a call for reclaiming our conflicts and our everyday capacity to solve them out of the penal and criminal systems, offering a precious way towards a different understanding of the mechanics of domination.

Rencontrer les inapproprié·es
Liminalité de la Justice et de la Réconciliation au Canada, par

Rencontrer les inapproprié·es
Liminalité de la Justice et de la Réconciliation au Canada
Cet article propose une spéculation à l’échelle géopolitique de la « réconciliation » entre les Premières nations et l’État colonial canadien, demandant à quoi pourrait bien ressembler une justice qui ne reproduirait pas le monde dont elle cherche à réparer les violences ? Il suggère que les conceptions héritées de la justice du côté de l’Occident colonisateur ne sont pas assez bizarres, que les solutions proposées pour faire face à la violence n’ont pas assez d’humour, d’étrangeté, d’instabilité, pour proposer des bascules significatives. C’est du côté de la rencontre avec les « inappropriées » que se jouent de telles bascules, capables de transformer nos rapports à la notion de justice.

Meeting the Inappropriate/d
The Liminality of Justice and Reconciliation in Canada
This paper speculates on the geopolitical scale of “reconciliation” between First Nations and the Canadian colonial State, asking what justice might look like when it does not reproduce the world whose violence it seeks to repair? It suggests that the inherited conceptions of justice from the colonizing West are not bizarre enough, that the proposed solutions to violence do not have enough humor, strangeness, instability, to propose meaningful shifts. It is on the side of the encounter with the “inappropriate/d” that such shifts are played out, capable of transforming our relationship to the notion of justice.

Semences de liberté
Préparer le terrain pour l’abolition à Durham, Caroline du Nord, par

Semences de liberté
Préparer le terrain pour l’abolition à Durham, Caroline du Nord
Ce texte passe en revue les caractéristiques principales d’une expérience de jardins ouvriers menée à Durham, en Caroline du Nord pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes. Le jardin, l’acte de jardiner sont envisagés comme des techniques de justice transformatrice : se rassembler, entrer en contact les unes avec les autres, cultiver de quoi se nourrir, sentir la terre et les histoires de violence qui la précèdent, se donner les moyens d’y faire pousser autres choses. Toutes ces pratiques interrelient l’histoire, la communauté et les conditions matérielles d’existence pour faire exister la justice sous la forme de plantes qui poussent, là même où, selon les mots d’Audre Lorde, « nous n’étions pas censées survivre ».

Freedom Seeds
Growing Abolition in Durham, North Carolina
This paper reviews the key features of an experiment in allotment gardening in Durham, North Carolina, to address sexual and gender-based violence. The garden and the act of gardening are envisioned as transformative justice techniques: coming together, connecting with each other, growing food, feeling the land and the preceding histories of violence, empowering each other to grow other things. All of these practices interrelate history, community, and the material conditions of existence, to make justice exist as plants that grow, even where, in Audre Lorde’s words, “we were not meant to survive.”

Mineure 88. Guattari +30

« Si on regarde de loin on a l’impression, que les processus sociaux, politiques, économiques ont un caractère extérieur à notre activité psychique, à nos désirs, à notre imagination. On considère souvent l’Histoire comme quelque chose qui nous dépasse, le combat entre grandes entités molaires. La révolution moléculaire nous permet de comprendre que, dans le grand fleuve de l’histoire, ce qui compte est la prolifération d’innombrables micro-processus d’interaction, d’influence réciproque, de mutation ininterrompue. Ce n’est que grâce aux molécules que le corps historique peut se modifier. » Franco Berardi (dit « Bifo »)

L’effet-guattari au prisme des quartiers populaires, par

L’effet-Guattari au prisme des quartiers populaires
Les mobilisations qui émergent depuis plusieurs décennies dans les quartiers populaires français se font à distance des structures établies d’énonciation de la politique. Ce que nous pourrions considérer avec le vocabulaire de Guattari comme un mouvement de déterritorialisation s’est réalisé dans le cadre de rapports de pouvoirs spécifiques, invisibilisés par la grammaire des conflits politiques. Identifier les lignes de fuite élaborées dans la pratique par des mobilisations souvent considérées hors-radars (« ce n’est pas de la politique »), impose de « sortir de la langue » et contourner les modes de signification qui sont aussi modes de confiscation. Les outils légués par Félix Guattari nous aident à affronter une question qui demeure : réside-t-il dans cette brèche creusée en conflit avec les « données » de la domination, un mouvement irrépressible vers la transformation des rapports sociaux du capitalisme, et donc une cohérence des subjectivations et des pratiques en direction de cet objectif ?

The Guattari-Effect Through the Lens of Working-Class Neighborhoods
The mobilisations that have been emerging for several decades in the French working-class neighborhoods have taken place at a distance from the established structures of political enunciation. What we could consider, in Guattari’s vocabulary, as a movement of has taken place within the framework of specific power relations, invisibilized by the grammar of political conflicts. Identifying the elaborated in practice by mobilizations often considered off radar (“this is not politics”), imposes to “get out of the language” and to bypass the modes of signification which are also modes of confiscation. The tools bequeathed by Félix Guattari help us to confront a question that remains: does an irrepressible movement towards the transformation of the social relations of capitalism reside in this breach, dug in conflict with the “data” of domination, and thus a of subjectivations and practices towards this objective?

Petit conte chaosmopolointain, par

Petit conte chaosmopolointain
Dans une étroite et longue terre semblable à une tresse, des fils (des) et (ins) tituants tissaient une trame politique tantôt opaque, tantôt brillante, ou bien encore, comme dans un scénario quantique, les deux à la fois. Nous ne dirions pas de cette trame qu’elle affirmait une (R)évolution, mais il nous semble bien qu’elle suggérait un assemblage miraculeux de (p)olitiques moléculaires. Les outillages rationnels étant en déphasage avec ces manières associatives et résurgentes d’être, ces assemblages (dés)orientaient sans doute nos argumentations politiques de l’époque, mais elles déroutaient surtout nos manières de nous référer à cette activité terrestre. Ce qui se passait là-bas ne finissait en effet pas de se passer de singulier en singulier au travers des actions et d’affects impossibles de se réduire à une seule (M)ultitude affirmativement révolutionnaire. Et pourtant, on a vu dans ces contrées se lever un jour, de l’horizontale terrestre, une assemblée-age, un texte et un horizon chaosmopolitique d’aspirations communes.

A Short and Distant Chaosmopolitical Tale
In a distant, narrow, long land, destituting and instituting threads wove a political braid that was sometimes opaque, sometimes brilliant, or, as in a quantum scenario, both at the same time. We would not say this weaving asserted a (R)evolution, but it seemed to suggest a miraculous assembly of molecular (p)olitics. The rational tools being out of phase with these associative and resurgent manners of being, these assemblies (dis)orientated our political argumentation of the time, but they especially baffled our manners to refer to this earthly activity. What happened there did not finish passing from singular to singular through actions and affects impossible to reduce to a single affirmatively revolutionary (M)ultitude. And yet, in these regions, we saw the rise of an assembly-assemblage, a text and a terrestrial horizon of common chaosmopolitical aspirations.

Modes coopératifs insurgés
La floraison des espaces communs dans le Brésil contemporain, par
et

Modes coopératifs insurgés
La floraison des espaces communs dans le Brésil contemporain
Coopération, co-opérations, sont des expressions qui énoncent le co, le cum, l’être ensemble comme condition de l’apparition du territoire de partage et d’une autre démocratie. Au début du millénaire, une transformation est devenue perceptible dans les villes du Brésil : un désir nouveau pour l’espace public et commun. Ce désir est apparu sous forme d’une myriade de mouvements activistes d’occupation et d’appropriation des espaces publics. Nous nous référons à des mouvements horizontaux, non hiérarchisés et auto-organisés de la société civile, qui ont acquis une grande importance politique tels que les mouvements « Ocupe Estelita » à Recife, « Praia da Estação » à Belo Horizonte, et « A Batata Precisa de Você » à São Paulo.

Cooperative Disarrangements
Common Spaces Blossom in Contemporary Brazil
Cooperation, co-operations are expressions that state the co-, the “with”, the being-together as a condition for the appearance of sharing a territory and of another democracy. In the first two decades of the new millennium, a profound transformation became noticeable in Brazilian cities: a new desire for public and common space. This desire appeared in the form of a myriad of activist movements for the occupation and appropriation of public spaces from the North to the South of Brazil. We are referring to horizontal, non-hierarchical and self-organized movements of civil society, which came to have great political relevance, such as the movements “Ocupe Estelita” in Recife, “Praia da Estação” in Belo Horizonte, and “A Batata Precisa de Você” in São Paulo.

Praxis rebelles et pragmatiques collectives
Le Sozialistisches Patientenkollektiv (S.P.K.), par

Opacité et transversalité
L’amitié singulière de Félix Guattari et Édouard Glissant, par

Opacité et transversalité
L’amitié singulière de Félix Guattari et Édouard Glissant
Dans cet article, il s’agit de reproblématiser la proximité amicale et théorique entre Félix Guattari et Édouard Glissant autour d’une politique d’altérité. Confrontant la transversalité guattarienne à l’opacité glissantienne, le rhizome de Glissant est réinterprété en y affirmant une distance à Deleuze et Guattari. Il est démontré comment Glissant, qui se méfie du caractère illimité du rhizome nomadologique, signe son propre rhizome avec sa notion d’opacité, y instaurant une altérité poétiquement créatrice. Interprétée comme productrice éthico-politique de singularisations, l’opacité rencontre à son tour la politique guattarienne de resingularisation dans le concept d’opacité-machine.

Opacity and Transversality
The Singular Friendship of Felix Guattari and Edouard Glissant
In this article, the amical and theoretical proximity between Félix Guattari and Glissant is re-problematized around a politics of alterity. Confronting the Guattarian transversality with the Glissantian opacity, the Glissant’s rhizome is reinterpreted while affirming a distance to Deleuze and Guattari. It is demonstrated how Glissant, who mistrusts the illimited character of the nomadological rhizome, reconfigures his own rhizome with the notion of opacity, establishing a poetically creative alterity. Interpreted as ethico-political producer of singularizations, opacity encounters, finally, the Guattarian politics of resingularization in the concept of opacity-machine.

Multitudes en images

Ruti SelaLe désir est partout - Consulter les oeuvres de Gérard FromangerUn monde qu’on ne veut pas voirLes collectifs invitésPrice Seth. OK, just send me the bill