Accueil » Les numéros » 87. Multitudes 87. Eté 2022

87. Multitudes 87. Eté 2022

Hors-champ 87

Bureau des dépositions Expulsions, œuvres-milieux et recours au droit, par et

Bureau des dépositions
Expulsions, œuvres-milieux et recours au droit
Dix personnes, qui forment le Bureau des dépositions, créent des performances à Grenoble depuis 2018. En s’adressant les un·es aux autres et à un public, en ré-agençant les (im)-possibilités de paroles depuis la mise à découvert d’injustices légalement produites, elles, ils élaborent des conditions de trans-formations : langagières, sensibles, politiques. Dans le même temps, plusieurs performeurs sont inquiétés par le contentieux du droit des étrangers et du droit d’asile, expulsés légalement ou encore menacés d’expulsion. Des réponses se formulent auprès des tribunaux : alors que les performances requièrent la co-présence physique de chacun·e, les absences forcées portent atteinte à un milieu de création. Le droit d’auteur et de la propriété intellectuelle est ici convoqué et réinterprété dans le contexte d’expulsions légales et d’œuvres-milieux.

Testimonies Office
Expulsions, Work-Milieus and Legal Activisms
Ten people, who form the Bureau des dépositions, have been creating performances in Grenoble since 2018. By speaking to each other and to an audience, by rearranging the (im)possibilities of speaking, with the exposure of legally produced injustices, they elaborate the conditions of linguistic, sensible, political trans-formations. At the same time, several performers have been legally expelled or are still threatened with expulsion, due to their statuses as foreigners or asylum seekers. A response is being organized in court : while the performances require the physical co-presence of all co-authors, forced absences undermine what we call a creative milieu. Copyright and intellectual property rights are here summoned and reinterpreted in the context of legal expulsions and œuvres-milieux.

Faire trembler le tremblement, par

Faire trembler le tremblement
Fabriquer des visions du futur est une activité qui, alimentée par la crise écologique, occupe de plus en plus d’acteurs et d’experts. Chaque expertise produit un type de récit caractéristique qui modèle les futurs et sculpte les imaginaires. La collapsologie a ainsi imposé massivement le motif de l’effondrement. Mais que se passerait-il si au motif de l’effondrement était substitué celui du tremblement ? Le motif du tremblement trace un plan de continuité entre des corps très hétérogènes (corps terrestre, humain, vivant, social, politique…). À la logique verticale de l’effondrement, il propose une oscillation horizontale à l’intérieur des limites, scénarios, programmes préétablis. Tous et toutes des corps tremblants !

Shaking the Quake
Envisioning and foreseeing the future is an activity that, fueled by the ecological crisis, occupies an ever increasing number of actors and experts. Each expertise produces a characteristic type of narrative that shapes futures and carves out imaginaries. Collapsology has thus massively imposed the motif of collapse. But what if the collapse motif were to be replaced by a trembling motif (quake, shake)? The motif of trembling traces a continuum between very heterogeneous bodies (earthly, human, living, social, political bodies, etc.). To the vertical logic of collapse, it substitutes a horizontal oscillation within the limits, scenarios, pre-established programs. We are all trembling bodies!

Majeure 87. « L’art est mon  arme »

L’art engagé est devenu une posture. Pourtant, loin d’être désuète, la catégorie d’art engagé est de plus en plus mobilisée par les slameurs, les rappeurs, les écrivains ou encore les danseurs au Congo, au Niger, en Palestine entre autres exemples. Tandis que la parole politique souffre d’une crise de légitimité, l’art devient espace de fabrication de la citoyenneté, à bas bruit. Nouvel espace de rénovation démocratique, l’art engagé peut être une posture maniée par les artistes de manière stratégique mais dont les effets pragmatiques en termes de réception sont bien réels.

Arts engagés : du nouveau ?, par , et

Le politique comme injonction dans la danse contemporaine palestinienne, par

Le politique comme injonction dans la danse contemporaine palestinienne
Dans un contexte d’invisibilisation de l’histoire palestinienne et de négation même de l’existence du peuple palestinien par l’occupant israélien, le fait de se rendre visible aux yeux du « monde » est en soi un acte politique, et tout artiste palestinien semble devoir être, en ce sens, « engagé », parfois malgré lui. Ma contribution se penche sur cette injonction au politique dans la pratique d’acteurs et actrices palestiniens de la danse. Elle s’appuie sur une recherche ethnographique multi-située et digitale menée durant quatre ans dans les studios, les théâtres et les festivals de danse en Palestine, en Israël et en Europe. J’avance que le politique, dans la pratique des acteurs de ma recherche, ne s’avère pas toujours une question d’« engagement », mais découle aussi d’une pression sociale liée au contexte palestinien, tout comme de politiques culturelles européennes et de programmes d’aide au développement porteurs d’une vision de l’art comme nécessairement « utile ».

Politics as an Injunction: Political Commitments in Palestinian Contemporary Dance
In a context of invisibilization of Palestinian history and the denial of the existence of the Palestinian people by the Israeli occupier, the fact of making oneself visible to the eyes of the “world” is in itself a political act, and every Palestinian artist seems to have to be, in this sense, “involved” or “committed”, sometimes in spite of himself. My contribution examines this injunction to politics in the practice of Palestinian dance actors. It is based on a multi-sited and digital ethnographic research conducted during four years in studios, theaters and dance festivals in Palestine, Israel and Europe. I argue that the political, in the practice of the actors of my research, is not always a question of “commitment”, but also stems from a social pressure linked to the Palestinian context, as well as from European cultural policies and development aid programs carrying a vision of art as necessarily “useful”.

Jhonel, un « griot moderne »
Quel engagement pour le slam au Niger ?, par
et

Jhonel, un « griot moderne »
Quel engagement
pour le slam au Niger ?
Jhonel est un artiste slameur, auteur et interprète. Se définissant lui-même comme un « griot moderne », il s’inscrit dans la filiation des « maîtres de la parole » pour dresser un portrait parfois ironique, parfois empathique mais toujours profondément engagé, de la vie nigérienne contemporaine. Il n’est plus le porte-parole des puissants, comme l’étaient autrefois les jasare zarma, mais il est au contraire le témoin acerbe des injustices du présent, se faisant le porte-voix des minorités. Il décrit la vie des « petites gens », des marginaux. La dénonciation du rôle que joue l’argent dans le monde contemporain, la mise en scène d’une élite corrompue, l’appel à une communauté imaginée sont autant de traits qui caractérisent son écriture.

Jhonel, a “Modern Griot”
What Commitment for Slam in Niger?
Jhonel is a slam artist, author and performer. Defining himself as a “modern griot”, he follows in the footsteps of the “masters of the word” to paint a sometimes ironic, sometimes empathetic but always deeply committed portrait of contemporary Nigerien life. He is no longer the spokesman of the powerful, as the jasare zarma were in the past, but is instead the acerbic witness of the injustices of the present, making himself the voice of minorities. He describes the life of the “little people”, the marginalized. The denunciation of the role of money in the contemporary world, the portrayal of a corrupt elite, the appeal to an imagined community are all features that characterize his writing.

Activisme et littérature
Quelques exemples à partir de l’Inde, par

Activisme et littérature
Quelques exemples à partir de l’Inde
En prenant appui sur l’histoire de la plus importante organisation mondiale d’écrivains, PEN International, et sur plusieurs trajectoires et mobilisations d’écrivains ou collectifs indiens contemporains (le Indian Cultural Forum, Karthika Naïr, Perumal Murugan), cet article s’interroge sur certaines modalités de l’activisme en littérature, entendu à la fois comme activisme à travers la littérature, et comme activisme au service de celle-ci. En Inde, particulièrement, l’écrivain(e) partage une communauté de vulnérabilité avec toutes les autres voix et minorités menacées ou liquidées. L’activisme, c’est s’assurer que ce qui est mineur, minoré ou oublié continue d’être vu, entendu, reconnu ; c’est continuer à raconter d’autres histoires, à creuser leur multiplicité et leur équivocité ; c’est enregistrer les mots, les noms et les réalités apparemment superflues des mondes vulnérables qui nous entourent.

Activism and Literature
Examples from India
Based on the history of the world’s largest writers’ organization, International PEN, and on several trajectories and mobilizations of contemporary Indian writers or collectives (the Indian Cultural Forum, Karthika Naïr, Perumal Murugan), this article examines some of the modalities of activism in literature, understood both as activism through literature, and as activism in the service of literature. In India especially, the writer shares a community of vulnerability with all other threatened or liquidated voices and minorities. Activism is about ensuring that what is minor, minorized or forgotten, continues to be seen, heard, recognized; it is about continuing to tell other stories, to excavate their multiplicity and equivocality; it is about recording the words, names and seemingly superfluous realities of the vulnerable worlds around us.

Voltaires d’Alger
Les écrivains exilés de la guerre civile algérienne, par

Voltaires d’Alger
Les écrivains exilés de la guerre civile algérienne
« Voltaires d’Alger », « dissidents de l’islam » à Paris… Les écrivains algériens ont acquis depuis une trentaine d’années une place importante sur la scène intellectuelle française, et donnent à réfléchir à la place de l’écrivain engagé à l’ère de la mondialisation. Si l’idée de littérature engagée a été depuis longtemps décriée, celle de l’écrivain engagé conserve une aura particulière, notamment à gauche. Mais derrière les figures héroïques de Voltaire, Zola ou Sartre, ou même derrière les repoussoirs des intellectuels organiques des régimes autoritaires, ce sont des rapports complexes aux pouvoirs politiques, des trajectoires intellectuelles et des types d’écritures diverses qui se dessinent, en particulier quand les écrivains et les textes traversent les frontières.

Voltaires of Algiers
The Exiled Writers of the Algerian Civil War
“Voltaires d’Alger”, “dissidents of Islam” in Paris… Algerian writers have acquired an important place on the French intellectual scene over the last thirty years, questioning the place of the committed writer in the era of globalization. If the idea of politically committed literature has long been decried, that of the committed writer retains a particular aura, especially on the left. But behind the heroic figures of Voltaire, Zola or Sartre, or even behind the repulsive organic intellectuals of authoritarian regimes, complex relationships to political powers, intellectual trajectories and diverse types of writing are emerging, especially when writers and texts cross borders.

Entre engagement individuel et collectif
Signature, art et activisme à Gênes et Yaoundé, par
et

Entre engagement individuel et collectif
Signature, art et activisme à Gênes et Yaoundé
À Gênes, Italie, les ruines d’un ancien couvent ont été investies depuis six ans par un collectif dont certains individu·e·s ont des compétences et/ou un parcours d’artistes professionnels. À Yaoundé, Cameroun, des artistes de rue ont commencé à fédérer plusieurs disciplines artistiques (peinture murale, body painting, création de mode) afin d’occuper l’espace public de façon éphémère (par un défilé) et durable (en peignant des murs). En s’appuyant sur ces deux cas d’études, cet article cherche à comprendre les différentes formes d’art qui sont mobilisées, comme outils d’expression politique par des activistes et comme revendications activistes qui s’expriment par l’art. La recherche d’une reconnaissance individuelle et collective, le désir d’atteindre un certain niveau artistique et la volonté d’exprimer de façon artistique des revendications politiques invitent à repenser les dynamiques in situ pour mieux saisir la complexité de l’engagement artistique professionnel, politique et militant.

Between Individual and Collective Commitment
Signature, Art and Activism in Genoa and Yaoundé
In Genoa, Italy, the ruins of an old convent have been occupied for six years by a collective of individuals with professional skills and backgrounds. In Yaoundé, Cameroon, street artists have begun to federate several artistic disciplines (mural painting, body painting, fashion design) in order to occupy the public space in an ephemeral way (through a fashion show) and in a durable way (by painting walls). Based on these two case studies, this article seeks to understand the different forms of art that are mobilized, as tools of political expression by activists and as activist claims that are expressed through art. The search for individual and collective recognition, the desire to reach a certain artistic level and the will to express political claims in an artistic way invite us to rethink the dynamics in situ, in order to better understand the complexity of professional, political and activist artistic engagement.

Mineure 87. D. Malaquais : pratiques artistiques d’insoumission

Tu n’as cessé, Dominique, de développer ce que tu nommes des « plateformes curatoriales expérimentales, nomades et anti-hiérarchiques, consacrées aux possibles de la rencontre entre artistes et penseurs, ancrées dans une pratique du partage et de la transversalité ». C’est ce qui nous a inspiré cette mineure consacrée à tes pratiques curatoriales. Le mot est employé ici à dessein comme une provocation. Il est fait pour être bousculé, contredit, violenté, pour tordre le cou à sa charge occidentale, coloniale, surplombante, contre laquelle tu t’insurgeais.

L’impossible pratique curatoriale des arts vivants, par

Les fées ne meurent pas, par

Les fées ne meurent pas
Alors que les mots et la parole étaient sous très haute surveillance durant la longue saison de peur bleue que le Cameroun a connu au lendemain de l’indépendance en 1960, la nécessité de s’exprimer sans s’attirer les foudres du régime a trouvé une issue par le langage de la forme et des couleurs. Dans ce paysage perclus de soumission, une communauté de plasticiens autodidactes a frayé son chemin entre compagnonnages festifs et absence d’école d’art. Humble et curieuse, nonobstant son expérience en tant que curatrice s’investissant dans le champ contemporain et historienne de l’art, Dominique Malaquais se sera gardée de tout interventionnisme. Pour autant, certains lui doivent aujourd’hui leur visibilité internationale.

Fairies never die
While words and speech were under very high surveillance during the long season of blue fear that Cameroon experienced in the aftermath of independence in 1960, the need to express oneself without attracting the wrath of the regime found an outlet through the language of form and colour. In this landscape permeated by submission, a community of self-taught visual artists has made its way between festive companionships and the absence of an art school. Humble and curious, notwithstanding her experience as a curator working in the contemporary field and as an art historian, Dominique Malaquais has avoided any interventionism. Nevertheless, some of her work has gained international visibility.

La façon de faire ce que l’on fait est parfois ce qui compte le plus, par et

Multitudes en images

Consulter l'Icônes 52Un monde qu’on ne veut pas voirKIN MBOKA TE, le non-lieu de nos plaintesApprentissage – Extinction – Résurrection / Grégory Chatonsky & Ariel KyrouPost storyboard, d’après le film Touki Bouki de Djibril Mambety Diop