Révolte et ivresse
Les Iraniens et Iraniennes ont développé une intelligence pratique du contournement des interdits. Une séparation ancienne du privé et du public (andaruni/biruni) s’est transformée en un jeu subtil avec les valeurs, les modes de vie, les arts permis/prohibés. Illicites et présents partout mais à l’écart, la musique, les chants, les voix sont à la fois particulièrement prisés et contrôlés. Saisissant ce sujet, des cinéastes et des musiciens traitent de la censure et produisent en même temps ce qui est illicite : la musique à travers des concerts, auditions, répétitions. Des chansons réfèrent à des poèmes soufis prônant l’ivresse et la révolte.

Revolt and Drunkenness
Iranian men and women have developed a practical intelligence in circumventing the forbidden. An ancient separation of private and public (andaruni/biruni) has been transformed into a subtle game with values, lifestyles, and permitted/prohibited arts. Illicit and present everywhere but on the sidelines, music, songs, voices are at the same time particularly prized and controlled. Seizing this subject, filmmakers and musicians deal with censorship and at the same time produce what is illicit : music through concerts, auditions, rehearsals. Songs refer to Sufi poems advocating drunkenness and revolt.