Catégories et clivages
Le politique a tendance à découper le territoire en tranches catégorielles de taille (espaces ruraux, villes petites et moyennes, métropoles) ou binaires (espaces « périphériques », métropoles « incluses ») de manière à en servir les clientèles au gré des opportunités. Est-ce la fin de la paix territoriale et l’activation de clivages sociaux par le truchement du territoire ? Voilà pour le politique. Du côté des scientifiques, le besoin d’un cadre d’analyse comparable dans le temps pousse de nombreux statisticiens et chercheurs à mobiliser les mêmes catégories, à la recherche du mythique « territoire pertinent ». Or, le territoire est fait de flux, de liens, d’interdépendances entre échelles et acteurs. Il connait par ailleurs une grande diversité. Il est alors nécessaire de construire des cadres d’analyse globaux et des idéaux-types pour caractériser les différentes trajectoires spatiales et éclairer l’action publique.

Categories and Cleavages
Politics tends to divide the territory into categorical slices of size (rural areas, small and medium-sized towns, metropolitan areas) or binary slices (“peripheral” areas, “included” metropolises) in such a way as to serve clients according to opportunities. Is this the end of territorial peace and the activation of social cleavages through the territory? So much for politics. On the scientific side, the need for a comparable framework of analysis over time pushes many statisticians and researchers to mobilise the same categories, in search of the mythical “relevant territory”. However, the territory is made up of flows, links and interdependencies between scales and actors. Moreover, it is highly diverse. It is therefore necessary to construct global analytical frameworks and ideal-types to characterise the different spatial trajectories and to shed light on public action.