Le modèle américain de la désobéissance civile, de Thoreau à nos jours

Henry David Thoreau (1817-1862) a élaboré simultanément une pensée de l’écologie, de la nature et de la désobéissance par son installation à Walden, le choix de la « vie dans les bois » étant un retour vers une nature perdue, mais aussi un retrait hors de la société. La désobéissance civile se révèle alors, et est encore aujourd’hui, un moyen spécifique de la lutte environnementaliste, et un modèle de rapport à la société comme conversation et expression démocratique : celui d’une circulation naturelle de la parole ou personne ne serait mineur, sans voix, et où toute revendication doit être entendue sans devoir être préalablement justifiée ou articulée par des règles de langage ou des principes de participation.

Henry David Thoreau (1817-1862) simultaneously worked out an understanding of ecology, of nature and of disobedience by moving to Walden Pond. The choice of “life in the woods” was a return to lost nature, but also a withdrawal from society. Civil disobedience then reveals itself for what it still is today, a specific technique of environmental struggle and a model of relation to society as conversation and democratic expression: a natural circulation of speech where no one is a minority, where no one is without voice, and where every claim must be heard, without prior justification or articulation according to rules of language or principles of participation.
Pour accéder à l’article de Sandra Laugier, ouvrir le document PDF 

Laugier Sandra

Professeure de philosophie à l’université Paris-I et directrice du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne, a publié récemment Le Principe Démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique (avec Albert Ogien, La Découverte, 2014), Recommencer la philosophie. Stanley Cavell et la philosophie en Amérique (Vrin, 2014), Tous vulnérables. Le care, les animaux et l’environnement (Payot, 2012) et Qu’est-ce que le care ? (avec P. Molinier et P. Paperman, Payot, 2008).