Tous les articles par Marié Michel

Jean Maglione et la ville comme hybride

[[Cris et écrits de Jean Maglione. Quartiers, et cultures populaires face à la modernité et aux aménageurs, Presses Universitaires de Grenoble, 1994.[[Conférence de Michel Marie à l’Ecole d’Architecture de Grenoble, le 16 janvier 1995. Jacques Dreyfus m’a demandé aujourd’hui d’être le lecteur et le commentateur de Jean Maglione. L’exercice qui m’est demandé n’est pas des […]

Marié Michel

Michel Marié, directeur de recherches au CNRS, sociologue connu pour ses travaux sur la fonction miroir des immigrés, sur les différentes postures possibles des ingénieurs entre le ménagement et l'aménagement, sur la figure du passeur entre terres et mots, entre techniques et sociétés, examine ici les écrits de Jean Maglione, tels qu'ils ont été édités par Jacques Dreyfus dans un livre publié aux Presses Universitaires de Grenoble en 1994.
Jean Maglione, fils d'un maçon italien marié à une paysanne et immigré en France, devenu éducateur puis sociologue, est un des rares intellectuels à s'être révolté contre les réhabilitations de l'habitat populaire, dit insalubre, en étayant ses propos de preuves éthiques et visuelles de la dégradation du cadre de vie à laquelle aboutissait sa soi-disant valorisation. La normalisation du mode de vie est apportée en échange de la banalisation, de la perte de contact avec la nature, de l'oubli du plaisir et de la liberté de faire.
Jacques Dreyfus, ingénieur général des Ponts et Chaussées honoraire, très sensible à l'absence d'humanité de la rationalité technique de ses pairs, a rencontré Jean Maglione à l'école d'architecture de Grenoble où ils enseignaient tous les deux. Il estime lui devoir beaucoup de son évolution personnelle vers la lucidité professionnelle, et lui a rendu hommage en rassemblant ses écrits après sa mort survenue prématurément en 1991.