Accueil » Les numéros » 58. Multitudes 58. Printemps 2015

58. Multitudes 58. Printemps 2015

Majeure 58. Nouvelle robotique, nouveaux vivants

Le développement de la robotique autonome, dans tous les espaces de l’existence, relance l’intelligence artificielle et transforme la question de la vie – celle de la mort aussi, avec les drones tueurs. La question est de savoir si, en compagnie de ces artefacts, nous pouvons rester des humains comme les autres – et jusqu’où le vivant peut être « contaminé » par eux. L’humain augmenté, la robotisation des tâches à l’usine ne sont pas pour le futur, ils sont déjà là. Que deviennent des sociétés où une minorité d’humains travaillent, l’essentiel des tâches étant effectuées par des robots ? La robotisation apporte de profondes transformations du travail et en général de l’agentivité, et impose à l’humanité d’ouvrir de nouveaux espaces de création et de jouissance. (Sylvie Allouche, Sandra Laugier & Dominique Lestel)

Les robots oscillent entre vivant et inerte

La voiture autonome et ses implications morales

Le Cobot, la coopération entre l’utilisateur et la machine

Réguler les robots-tueurs, plutôt que les interdire

Inventivité des imitations ludiques

Les robots sont des personnes comme les autres. Changer notre regard pour ne pas subir l’automatisation

La vie des robots et la nôtre

Mineure 58. Le care des robots

La présence croissante d’artefacts humanoïdes ou animaloïdes dans les espaces privés, et en particulier la maison, constitue un phénomène transformateur de nos formes de vie, au sens social et biologique. Le Japon et la Corée sont en tête de telles innovations pour les robots-compagnons qui veillent aux plaisirs et à la santé des humains. Quelles interactions pourrons-nous développer avec ces compagnons de vie ? Quels affects et attachements ? Et réciproquement : s’ils s’occupent de nous, qu’advient-il de leur relation au genre humain – dès lors que les robots chirurgiens, pharmaciens et compagnons s’occupent de pérenniser la vie ? (Sylvie Allouche, Sandra Laugier & Dominique Lestel )

Il y a du soin dans l’air. Robots soignants et environnements de soin

À la santé des robots

Sexbots : nos prochains partenaires

Sexo-robots et société

Le robot qui vous veut du bien

Il y a du soin dans l’air. Robots soignants et environnements de soin

Il y a du soin dans l’air. Robots soignants et environnements de soin

Dans cet article, nous examinons les défis possibles soulevés par l’utilisation des termes « soin » (care) et « prendre soin » (taking care) lorsque le soignant est un robot autonome, ce que nous nommons un « agent artificiel de soins médicaux ». Autrement dit, notre question est de savoir si ces agents artificiels peuvent soigner. En contradiction avec la plupart des arguments de la littérature existante, nous soutenons que oui.

Care in the Air. Caring Robots and Environments of Care


In this article we examine the possible challenges facing the use of the concept of « care » or « taking care », when the carer is an autonomous robot, what we call an « artificial medical care agent ». In other words, we ask if robots can care. Against the majority of arguments in the existing literature, we argue they can.

À la santé des robots

À la santé des robots

Alors que tous les regards sont tournés vers les prototypes de robots-compagnons dont les pays en déclin démographique attendent qu’ils s’occupent des personnes âgées, une révolution silencieuse se déroule dans la gestion des médicaments. Grâce aux robots, la délivrance des médicaments par dose unique va bientôt devenir non seulement possible mais normale, à l’hôpital comme en officine, entrainant de nouvelles transformations dans le travail de pharmaciens et des médecins.

Cheers to the Robots !

While our attention is focused towards the prototypes of companion-robots expected to care for the elderly in nations subjected to demographic decline, a silent revolution is already happening in our management of medications. Thanks to automation, the delivery of medication in single doses is about to become not only possible, but common practice in our hospitals as in pharmacies, generating significant disruptions in the work of pharmacists and physicians.

Sexbots : nos prochains partenaires

Sexbots : nos prochains partenaires

Le statut éthico-juridique des robots dotés de sensibilité est encore incertain, mais exige d’être pensé sans tarder. Si les économies d’échelle et les avantages sanitaires conduisent à une convergence des industries du soin et du sexe, les « sexbots » sont susceptibles d’attirer une stigmatisation qui accroîtra leur risque de maltraitance. Cet article soutient qu’il est éthiquement problématique pour les humains de créer des êtres sensibles, fabriqués à des fins utilitaires pour opérer des tâches que nous préférerions ne pas avoir à accomplir, comme prendre soin des personnes âgées et des infirmes, ou comme fournir des services sexuels. Il convient de mettre en place des régimes de protection juridique appropriés à ces nouveaux problèmes.

Sexbots : Our Next Partners

The ethico-legal status of sentient robots is uncertain, but needs to be thought through. Should economies of scale and the health benefits of intimate relations drive a confluence of the caring and sex industries, sexbots may attract stigmatisation, increasing the potential for mistreatment. I argue that humans’ creation of sentient beings for utilitarian purposes to carry out the tasks most of us would prefer not to do, like caring for the elderly and infirm and providing sexual services, is ethically questionable. Appropriate legal protections must be put in place.

Sexo-robots et société

Sexo-robots et société

Cette nouvelle d’anticipation fantaisiste imagine un futur proche où notre vie quotidienne serait peuplée de robots anthropomorphes entièrement dédiés à l’usage sexuel. Elle spécule sur la manière dont ces robots pourraient peu à peu transformer en profondeur les relations sociales et conditionner l’avènement d’une humanité « post-biologique ». La place des sexo-robots dans la vie quotidienne divise les féministes. Elle révèle des lignes de fracture idéologiques entre le vieil humanisme et une nouvelle métaphysique plus généreuse du rapport homme-machine.

Sex robots and society

This fictional short story anticipates a society in the near future where our everyday life would be populated by anthropomorphic robots, entirely made for sexual use. It speculates on the way these robots could gradually transform social relationships and cause the rise of a « post-biological » mankind. The place of sex robots in the everyday life divides feminists. It reveals ideological fractures between the old humanism and a new metaphysics more generous in terms of man-machine relationship.

Le robot qui vous veut du bien

Le robot qui vous veut du bien

Cet article étudie deux robots en particulier NAO, développé par Aldebaran, et ASIMO, développé par Honda. Il vise à mettre en évidence la fonction et le statut singuliers de ces robots-compagnons. Il insiste pour cela sur « la bienveillance » exigée du robot et l’image d’un échange émotionnel entre le robot et l’utilisateur, comme sur la connectivité du robot, qui oblige à le voir non pas comme un être à part mais plutôt comme l’avatar, ou l’organe, d’un être dispersé dans l’espace.

The Benevolent Robot

This paper concerns two robots in particular, NAO (Aldebaran) and ASIMO (Honda). These companion-robots which, according to their designers, should soon pervade our daily lives, seem to constitute a new kind of beings, clearly different from industrial robots, computers, domestic animals such as dogs or, obviously, other human beings. The paper discusses the « well-meaning-ness » required of the robot, the image of an emotional relationship with the robot, and the connectivity of the individual robot which makes it part of a new form of distributed community.