Logique de la frontière

Logique de la frontière
À partir de la différence entre les frontières naturelles dites « bona fide », et les frontières artificielles, dites « fiat », cet article tâche de montrer qu’une frontière n’est jamais un résultat mais processus, qui fait passer l’homogène dans l’hétérogène et inversement. On en conclut que la pensée sépare ce que la vie confond en variétés intensives, et que la vie dégrade ce que la pensée sépare, « frontière » étant le nom de ce qu’opère toute vie pensante et toute pensée vivante.

Logic 
of the Border
On the basis of a distinction between natural borders (qualified as “bona fide”) and artificial (or “fiat”) borders, this article attempts to show that a border is not so much a result as a process, whereby the homogeneous enters the heterogeneous, and reciprocally. The conclusion is that thought separates what life unites in intensive varieties, and that life degrades what thought separates—“border” being the name of the action performed by any thinking life and by any living thought.

Garcia Tristan

Né en 1981 à Toulouse. Enseignant à l’université de Lyon 3, il est l’auteur de plusieurs romans, dont le dernier est 7, paru en 2015 aux éditions Gallimard, et d’ouvrages théoriques, parmi lesquels Forme et objet. Un traité des choses (Puf, 2011), La vie intense (Autrement, 2015) ou Nous (Grasset, 2016).