La servante géante

La servante géante
Dans l’aube qui succéda à l’éruption du 26 octobre 2010, Bu Pujo succomba à ses brûlures. À cette nouvelle, le volcan disparut. Il ne restait plus, au nord, qu’un écran de nuages figés dans l’épouvante. Cela faisait un grand vide, un immense courant d’air froid dans lequel la montagne de feu avait été emportée. Au petit matin, le Merapi avait disparu parce que celle qui le portait était morte. Oui, Bu Pujo portait le volcan comme ces lourds paniers d’offrandes qu’elle chargeait sur son dos le jour de la procession. Elle en portait la responsabilité, comme son propre enfant, avec ses prodiges et ses tares. Voilà pourquoi Bu Pujo avait l’air d’une géante.

The giant maid
In the dawn that followed the eruption of October 26, 2010, Bu Pujo succumbed to her burns. At this news, the volcano disappeared. There was nothing left in the north but a screen of clouds frozen in fear. It was a big void, a huge cold draft in which the mountain of fire had been washed away. In the early morning, the Merapi had disappeared because the one who was carrying it was dead. Yes, Bu Pujo was carrying the volcano like those heavy baskets of offerings she loaded on her back on the day of the procession. She bore the responsibility, like her own child, with her wonders and her flaws. That’s why Bu Pujo looked like a giant.

Elisabeth D. Inandiak

Écrivain, reporter, traductrice, elle est engagée auprès de diverses communautés villageoises frappées par des catastrophes naturelles ou humaines en Indonésie. Elle vit à Java depuis 1990.