Marx au XXIème siècle : une histoire triste d’adieu au socialisme ou autre chose ?

«L’histoire d’une curiosité archéologique, d’un enterrement de première classe bien sûr mais un enterrement tout de même. Souvenez vous, pour les anciens d’entre nous, le terrible début des Mots et des Choses de Michel Foucault que Maurice Clavel nous lisait avec gourmandise en terminale : Marx est comme un poisson dans l’eau au XIXème siècle. Conclusion en dehors du XIXème, il est comme un poisson hors de son aquarium. Et n’en a plus pour très longtemps. C’était 12 ans avant la Conférence de Venise où Althusser (le marxisme Occidental) et Merab Marmadichvili (le marxisme soviétique) osaient lâcher dans un Colloque du Manifesto « Enfin la crise… du Marxisme ! ». C’était 14 ans avant le délire inspiré de Louis Althusser en avril 1980 à Terni devant un parterre de hiérarques du PCI, où il avait vaticiné: « le socialisme c’est de la merde.. la transition ça n’existe pas… ». Pas si mal trouvé Althusser, avec vingt et un an d’avance. Puisqu’en fait de transition, le socialisme réel après 70 ans a été mis à la retraite d’office et n’a débouché que sur la transition… au capitalisme sauvage auprès duquel le capitalisme manchestérien est une aimable plaisanterie.»

Accéder au documet PDF

Moulier-Boutang Yann

Professeur de sciences économiques à l’Université technologique de Compiègne, il enseigne l’économie et la culture européenne à l’Université de Shanghaï. Il a publié, entre autres, Liberté, égalité, blabla (Autrement, 2012), L’abeille et l’économiste (Carnets Nord, 2011) et Le capitalisme cognitif (Éditions Amsterdam, 2007). Co-directeur de Multitudes.