Tous les articles par Raphaële Bertho

Penser l’iconotexte de l’effondrement
Comment figurer visuellement les effets des bouleversements qui marquent notre entrée collective dans l’Anthropocène ? Comment saisir l’imminence de ces transformations, sans verser dans une forme de voyeurisme de la catastrophe qui, en se soumettant aux formes du spectaculaire, stérilise toute forme d’action efficace au lieu de la favoriser ? Peut-être en cherchant des images en creux, des images inquiètes, incomplètes, qui suscitent l’interrogation et l’exercice projectif de la pensée et de l’imagination : des images qui ne représentent pas les effets des bouleversements, mais les laissent flotter à la lisière de la représentation. On voudrait ainsi définir les contours possibles d’un iconotexte de l’effondrement qui constitue un nouveau régime d’articulation du visible et du lisible, propre à l’imminence des transformations qui nous guettent.

Thinking Through the Iconotext of Collapse
How can one visualize the effects of the upheavals that mark our collective entry into the Anthropocene? How can one grasp the imminence of these transformations, without falling into the traps of a voyeurism which, by submitting itself to the forms of the spectacular, would sterilize any form of effective action, instead of favoring it? Perhaps by searching for hollow images—worried, disquieting, incomplete images that provoke the interrogation and the projective exercise of thought and imagination: images that do not represent the effects of the upheavals, but leave them floating at the edge of representation. We would like to define the possible contours of an iconotext of collapse which could constitute a new system of articulation between the visible and the legible, peculiar to the imminence of the transformations which are ahead of us.

Laurent Gerbier

est maître de conférences HDR en philosophie à l’Université de Tours, membre du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, membre associé à l’InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturelles). Ses travaux se partagent entre la philosophie morale et politique de la Renaissance et l’étude de la bande dessinée et des cultures de l’imprimé moderne. Il co-dirige les collections « Iconotextes » (PUFR), « Les savoirs de Mantice » (Champion), et « Cahiers La Boétie » (Classiques Garnier). Il a notamment publié Les raisons de l’empire. Gattinara, Valdès et le laboratoire de la raison d’État, Vrin, 2016.

Raphaële Bertho

est maîtresse de conférences en Arts à l’Université de Tours et directrice du laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturelles). Elle travaille depuis 2005 sur les enjeux esthétiques et politiques de la représentation du territoire contemporain. Elle a publié en 2013 l’ouvrage La Mission photographique de la DATAR, Un laboratoire du paysage contemporain (La Documentation française) et elle a été co-commissaire de l’exposition Paysages français, Une aventure photographique 1984-2017 (BnF, 2017-2018).