Tous les articles par Lucio Pereira Mello

Le Mouvement des Sans Terre au Brésil à la croisée des chemins
Nouveaux défis dans la lutte pour la terre et l’alimentation, par

Le Mouvement des Sans Terre au Brésil à la croisée des chemins
Nouveaux défis dans la lutte pour la terre et l’alimentation
Le MST a connu de grands succès dans les années 1980 – 450 000 familles dans assentamentos (propriétaires) ou acampamentos (occupants) – et a servi d’exemple à de nombreuses mobilisations et occupations de terres dans le monde. Pendant l’ère Bolsonaro, le mouvement a connu diverses adaptations. Il a adopté le récit de l’entrepreneur agricole, influencé en cela par les évangélistes – de la « théologie de la libération » communautaire à la théologie individualiste de la réussite. Il a, par obligation et répression, délaissé l’action d’occupation des terres pour le développement de l’agriculture biologique et la production d’aliments « sains », largement à destination des villes. Ainsi, il resserre les liens entre le rural et l’urbain et se rapproche stratégiquement du Mouvement des Sans Toit.

The Landless Movement in Brazil at a Crossroad
New Challenges
in the Fight for Land and Food
The MST had great success in the 1980s—450,000 families in assentamentos (owners) or acampamentos (occupiers)—and served as an example for many mobilisations and land occupations around the world. During the Bolsonaro era, the movement has undergone various adaptations. It adopted the narrative of the agricultural entrepreneur, influenced by the evangelists—from the communitarian “ theology of liberation” to the individualistic theology of success. Under constraints and repression, it has moved away from occupying land to developing organic farming and producing “healthy” food, largely for the cities. In this way, it has strengthened the links between rural and urban areas, and strategically drawn closer to the homeless (Roofless Movement).