Tous les articles par Vincent Rigoulet

Désaffecter les communs négatifs
Dialogue autour d’une politique éducative de l’amour, par
et

Désaffecter les communs négatifs
Dialogue autour d’une politique éducative de l’amour
Cet article en forme de dialogue, clin d’œil à Bruno Latour, interroge le travail éducatif appelé par l’Anthropocène. La connaissance de la contradiction entre les conditions d’habitabilité de la planète et certains de nos attachements ne peut suffire à porter la redirection écologique. Renoncer aux activités nuisibles à la planète implique dans le même mouvement d’en aimer de nouvelles, compatibles avec la biosphère, tout en étant sources de contentement durable, d’accomplissement et de créativité pour tout un chacun. Si l’enfance est une période déterminante pour la formation des « goûts et des couleurs », alors il importerait d’enquêter dès l’école primaire sur ces activités du « bon infini » et les manières de les cultiver et partager.

Disinvesting the Negative Commons
A Dialogue on the Educational Politics of Love
This article, in the form of a dialogue with a nod to Bruno Latour, questions the educational work called for by the Anthropocene. Knowledge of the contradiction between the planet’s habitability and some of our attachments is not enough to carry out ecological redirection. Renouncing activities that are harmful to the planet implies at the same time loving new ones that are compatible with the biosphere, while being sources of lasting contentment, fulfillment, and creativity for everyone. If childhood is a decisive period for the formation of “tastes and colors”, then it would be important to investigate, from elementary school onwards, these activities of “good infinity” and the ways of cultivating and sharing them.

Multitudes