Multitudes 89
Majeure : Contre-enquêtes Open Source
Mineure : Le design comme réponse… à quelle question ?

Partagez —> /

 

Majeure : Contre-enquêtes Open Source

Avec l’extension de la capacité de pouvoir faire des images et de les diffuser sur les réseaux sociaux à tous les citoyens munis d’un smartphone et d’une connexion Internet, l’État, les institutions, les journalistes et les artistes ont perdu le monopole des représentations et des discours qu’ils détenaient, notamment au XXe siècle, grâce à la télévision, la radio, le cinéma et la presse écrite. Aujourd’hui, 500 heures de vidéo sont ajoutées chaque minute sur YouTube. Au sein de cette hyperproduction d’images et de données, se sont également mises en place des pratiques de contre-surveillance et d’investigation civile s’appropriant des stratégies de renseignement par l’information en libre accès déployées également par des organismes militaires. Les journalistes et investigateur.ices, d’abord amateurs puis professionnels, ont développé des méthodes OSINT (Open Source Intelligence) dont le modèle est le média Bellingcat. Recoupant et mettant en relation des vidéos et des informations hétérogènes accessibles en ligne, ils élucident des affaires géopolitiques et criminelles au-delà des récits officiellement assenés : on appellera ces opérations d’intelligence collective s’appuyant sur les ressources mises à disposition par le Web contemporain des « contre-enquêtes Open Source ». De toutes parts, artistes et écrivain.es travaillent de la même manière à la remédiation de contenus trouvés en ligne produisant de la sorte une « poétique forensique », regardant ces signes non seulement comme des données, mais aussi comme des matériaux poétiques, esthétiques et politiques. Leur travail se confronte à une masse gigantesque de données numériques d’habitude ordonnée algorithmiquement : c’est la créativité et l’intelligence humaine en collaboration avec les nouveaux media qui permettent une inventivité formelle et critique triant et agençant les flux d’informations. Ce dossier tâchera de relier ces contre-enquêtes – situées au carrefour de l’art, du mediactivisme et des sciences sociales – au Web et aux technologies numériques.

Contact : Jacopo Rasmi <prom.neur@gmail.com>

Mineure : Le design comme réponse… à quelle question ?

Sous le titre provocateur de « Design is the answer, but what was the question? », ce dossier a une double ambition. D’une part nous souhaitons donner la place à des modalités du faire en design qui mobilisent une culture du projet en rupture avec la seule idée de production d’objet. Ces pratiques s’appuient sur des méthodes qui empruntent à l’ethnographie ou encore à l’idée de mapping, qui engage un certain nombre de productions — cartographies, collections d’objets ou de photographies, infographies de possibles projets — en impliquant les usagers eux-mêmes et spéculent sur l’évolution plausible des sociétés. Dans cette perspective, l’enquête est alimentée par des objets de médiation qui ont vocation à aider les citoyens à préciser leur vécu et à explorer de possibles alternatifs. Ces nouveaux « arts de faire » nous mettent face à l’exigence de requalifier la notion même de design.

Contact : barbara Szaniecki <szanieckibarbara@gmail.com>

Icône : Maryvonne Arnaud & Philippe Mouillon

Hors-Champ : à déterminer

Multitudes en images

Multitudes 53-54Antonio Gallego & José Maria GonzalezDu mouvement en art et en statistiqueMauricio HoraPrice Seth. OK, just send me the billClarisse HahnStéphane Degoutin & Gwenola Wagon. Le rêve de la raisonLes collectifs invitésOurgroup The Making of(f)