Tous les articles par Mc Kenzie Wark

Dans les objets insolites de Constant ou dans l’oeuvre architecturale d’Aldo Van Eyck, la modernité consiste à se situer sur la frontière entre le public et le privé, en multipliant les seuils, les espaces où on s’attarde, et surtout en grimpant en hauteur sur des pylônes pour déployer une nouvelle géographie. On peut enfin habiter le monde, devenir un homo ludens, jouissant de tous les mètres carrés de la ville et les transformant par son pouvoir créatif. Mais l’action directe des mouvements des années 60 a mis fin au rêve de la New Babylon en pratiquant l’appropriation immédiate. New Moloch reproduit le capitalisme sur toute la planète, établit partout sa hiérarchie de points de vente. New Babylon articulait espace physique et espace de communication, sans centre, multipliait les points de fuite grâce à la dérive situationniste, et produisait de beaux objets.

New Babylon or the world of common

In Constant’s unusual objects or in Aldo Van Eyck’s architectural works, Modernity consisted in riding the borderline between the public and the private, in multiplying thresholds and spaces for wandering. The world could be inhabited by a homo ludens, exploring every square foot of the city and transforming it according to his creative power. Direct action by the movements of the 1960s has put an end to this dream of a New Babylon by practicing immediate appropriation. New Moloch reproduces capitalism all over the planet, reproducing everywhere its hierarchy of commercial outlets. New Babylon articulated physical spaces with communicative spaces, in a centerless multiplication of lines of flight, along its situationist drifts, producing beautiful objects.

On Empire

   Hardt and Negri’s Empire takes a strange turn early on, when it discusses the legal framework of an emerging international order. On one level, this is a standard Marxist analytic technique: Look to the transformations of the visible superstructures for underlying infrastructural changes otherwise hard to detect. But what I find curious is the particular legal infrastructure chosen for attention.

Had they chosen to look at the development of intellectual property law, H+N might have come closer to a revival of class analysis. Property is the basis of class. The privatization of land, the capital, and now information divides the world between classes whose interests are antithetical. The enclosure of land pits farmers against landlords. The development of private capital pits capitalists against workers. But now there is a new dimension to class struggle, which pits the producers of intellectual property, what I would call a hacker class, against a new class that gathers into its hands all of the means of realizing the value of commodified information -the vectoralist class.

Much of what we grasp through the crude prism of ‘globalization’ is explained by the development of this third level to class struggle. Marx was always well aware that commodification had two phases -agricultural and industrial. Ricardo had already instructed him on the difference between rent (the return on land) and profit (the return on capital). It is a pity that H+N did not choose to look further at the fundamentals of class.

By choosing instead international law and sovereignty, they pursue another important but not necessarily dominant dynamic at work in the world. This I would call the struggle between the vector and the envelope. It is an historical conflict, partially capture in D+G’s concepts of deterritorialization and reterritorialization. However, they preferred an ahistorical use of these terms, with the partial exception of their exemplary analysis of the state in Anti-Oedipus.

It is by making a fetish of the politics of vector and enclosure, and ignoring innovations in class formation and class analysis that one ends up with the sterile opposition between ‘neo-liberalism’ and ‘anti- globalization’. In H+N, what is innovative is that they in effect shift the axis of conflict toward two competing forms of vectoralization -Empire versus the multitude. However, since the former is in some ways considered a form of autonomous ‘self envelopment’, it doesn’t escape the flirtation with romantic discourses of people and place (crudely ‘fascism’) which dogs the anti-globalization movement.

Moreover, H+N have not really thought through the material means by which ‘globalization’ is effected. Looking at the law of post-national sovereignty is to look at an effect and not a cause. The rise of a matrix of communication vectors, increasingly under the control of a vectoral class, is not very well analyzed in Empire. Communication merits the odd description, but rarely conceptual development. Here H+N reproduce a weakness in Marx’s original analysis of the commodity form. It is all very well to talk about the relationship between money as the general equivalent and the exchange value of commodities, but Marx never really talks about the material means by which such a relation is communicated and effected.

What makes possible relations of value is what is at the heart of ‘globalization’, namely, a vectoralization, by which things can be posited as independent of their conditions of formation and placed upon a plane of acknowledgement and comparison. Not only the market but all forms of relation become vectoralized, particularly since the mid-19th century invention of the telegraph, the point at which the information vector takes off and becomes a time-space domain for the ordering of relations between people and things.

Vectoralization has micro as well as macro effects, and it is important to grasp both at once -something the terms of the ‘globalization’ debate do not. Neither do H+N, who require supplementary concepts to account for the micro scale changes they see, which are not necessarily compatible with their macro level concepts. There’s no neat fit between the theory of empire at the macro scale and the theory of the disciplinary society and its transformation into the society of control, which are meant to account for micro-level changes in subject formation. H+N turn the history of theory into a theory of history, Foucault followed by Deleuze, but this is not a conceptually abstract enough procedure to really grasp the tendencies currently at work in the world.

Considered together, a class analysis that takes intellectual property seriously, together with a theory of the vector and the envelope attuned to the material basis of vectoralization, gives a better account of appearances than the more cumbersome and scholastic theory offered by H+N. One sees that current developments don’t add up quite so neatly to a new totality. Very contradictory forces are at work. The old state system, which grew out of the power of the vector has come in turn to be undermined by it. As the ruling class becomes itself vectoral, its wealth based on guarding its patents and copyrights, its channels and stocks of information, it frees itself from its spatial commitments within the state. States become subject to capture by particular interests, and set up temporary envelopes against vectoralization at the behest of different class forces in different places at different times.

H+N’s theory of empire has been overtaken by events. The theory works well for the Clinton years, when the American state did indeed seem more or less committed to vectoralization, to undermining its own envelop in the interests of the vectoral class. The Bush jr years are far more contradictory. Bush is currently the leading anti-globalization campaigner in the United States -if a very selective one. His breach of the spirit, and the letter of the WTO to protect the steel industry is a tactical switch from the politics of the vector to the politics of the envelope. As such it is not uncommon -Japan, the EU and the US constantly switch from one to the other, under pressure from different alliances of class forces.

What may be far more significant is the continuous pressure from the vectoralist class to achieve the total enclosure of information within a regime of private property. This has both national and supra-national dimensions. A remarkable amount of the WTO negotiations concern intellectual property issues. These agreements are in part at least merely symbolic, but they have their parallel in very effective national regimes of IP law and regulation which secure once the property of the vectoral class. Just as the enclosure acts sealed the fate of a free peasantry and created commodified agriculture; just as the development of the4 joint stock company secured the commodification of capital, so too IP law is creating a third tier of class polarization and conflict.

But one finds very little resonance of these issues of H+N. Negri made some tentative steps towards a new development of class theory in The Politics of Subversion, but in Empire this is not taken any further. Perhaps the effort of rewriting Marx as Spinoza has pushed any new developments in class analysis or in the analysis of the materiality of the forces of abstraction in the world into the background.

The Spinozist turn gives rightful emphasis to the productive and creative aspects of labor. Here H+N continue the work they set out in The Labor of Dionysus. But this theoretical preference determines, in advance, a political preference, for the kind of ‘worker’s power’ movement Negri sponsored in Italy. One might want to cast a cold and critical eye over the successes and failures of this type of political theory and practice over the last 30 years in Italy before signing onto it as a global political stance.

(Multitudes-Infos, June, 12-2002)

A propos d’Empire

Empire de Hardt et Negri prend une tournure étrange dès le départ, lorsqu’ils en viennent à discuter la structure légale d’un ordre international émergent. A un certain degré, on a à faire à une technique analytique marxiste basique : Observer les transformations visibles des superstructures qui seraient déterminées à la base par des changements infrastructuraux difficilement décelables autrement. Mais ce que je trouve curieux, c’est le type particulier d’infrastructure légale pris comme exemple.

S’ils avaient voulu se pencher sur le développement de la loi sur la propriété intellectuelle, Hardt et Negri auraient pu s’engager dans une reprise de l’analyse de classe. La propriété privée est la « matière première » de la formation de classe. La privatisation des terres, du capital et maintenant de l’information, divisent le monde en classes dont les intérêts sont antithétiques. L’obligation de la mise en place de murs de clôture autour des champs cultivés dresse les fermiers contre les propriétaires. La privatisation du capital dresse les capitalistes contre les travailleurs. Mais il y a aujourd’hui une nouvelle dimension dans la lutte des classes, qui dresse les producteurs de propriété intellectuelle, que j’appellerai une classe de hackers, contre une nouvelle classe qui concentre en ses mains tous les moyens de réalisation de la valeur d’une information transformée en marchandise, en biens de consommation – la classe « vectorialiste ».

Beaucoup de ce que nous saisissons au travers du prisme brut de la « globalisation » est justifié par ce troisième niveau de la lutte des classes. Marx était bien conscient que la commodification [la production de marchandises ou de biens de consommation avaient deux phases – agricole et industrielle. Ricardo l’avait déjà instruite en l’indexant sur la différence entre la rente (la rente foncière) et le profit (la rente du capital). Il est dommage que Hardt et Negri ne se soient pas étendus sur les principes fondamentaux de la formation de classes.

Au lieu de se pencher sur la loi internationale et la souveraineté, ils poursuivent dans une autre voie tout aussi importante, mais qui ne constitue pas nécessairement une dominante dynamique du travail à l’échelle mondiale. Je qualifierai ceci de lutte entre le vecteur et sa forme [son enveloppe. Il s’agit là d’un conflit historique, essentiellement basé sur les concepts de déterritorialisation et de reterritorialisation de Deleuze et Guattari. Cependant, ils ont préféré une utilisation a-historique de ces termes, à l’exception de leur analyse exemplaire de l’Etat dans l’Anti-Oedipe.

C’est en fétichisant les politiques du vecteur et de l’enclosure [métaphore des murs de clôture vers l’enveloppe ou la délimitation et en ignorant les innovations dans la formation des classes et leur analyse, que l’on aboutit à l’opposition stérile entre « le néo-libéralisme » et « l’anti-mondialisation ». Chez Hardt et Negri, l’innovation se situe dans la transposition de l’axe du conflit traditionnel de classes vers deux formes rivales de la vectorialisation – l’Empire contre la multitude. Cependant, considérant que l’Empire est en quelque sorte considéré comme une forme d’ « auto-délimitation » autonome, on n’échappe pas au flirt avec le discours romantique sur le peuple et le territoire [l’appartenance au sol (plus crûment « le fascisme ») comprenant le mouvement anti-globalisation.

De plus, Hardt et Negri n’ont par vraiment pensé les moyens matériels par lesquels « la globalisation » s’effectue. Considérer la loi de souveraineté post-nationale, c’est considérer un effet et non pas une cause. La montée en puissance d’une matrice des vecteurs de communication, qui sont de plus en plus sous le contrôle d’une classe vectorielle, n’est pas très bien analysée dans Empire. La communication hérite d’une description coutumière, mais rarement d’un développement conceptuel. Ici Hardt et Negri reproduisent une faiblesse de l’analyse originale de Marx concernant la forme marchandise. Il est opportun de parler du rapport de l’argent comme équivalent général et de la valeur d’échange des marchandises, mais Marx n’évoque jamais vraiment les moyens matériels par lesquels une telle relation se communique et s’effectue.

Ce qui rend possible les relations de valeur se situe au coeur même de la « globalisation », à savoir, une vectorialisation [médiatisation par laquelle les choses peuvent exister en principe indépendamment de leurs conditions de formation et par conséquent placées sur un même plan de reconnaissance et de comparaison. Non seulement le marché mais toutes les formes de relations deviennent vectorialisées [médiatisées, particulièrement depuis le milieu du XIXème siècle avec l’invention du télégraphe, point à partir duquel le vecteur informationnel se transforme et relève du domaine d’un espace-temps qui ordonne les échanges entre les êtres et les choses.

La vectorialisation a des effets minimes comme des effets majeurs, et il est important de les saisir ensemble – toutes choses que les termes du débat autour de la mondialisation ne mettent pas en jeu. Hardt et Negri non plus, car cela requièrt des concepts supplémentaires représentant les micro changements d’échelle perceptibles, ce qui en soi n’est pas nécessairement compatible avec leurs concepts de niveau macro. Il n’y a pas de commune mesure entre la théorie d’Empire à une échelle macro et la théorie de la société disciplinaire et sa transformation en une société de contrôle, qui semblent toucher des changements mineurs dans la formation du sujet. Hardt et Negri transforment l’histoire de la théorie en une Théorie de l’Histoire, Foucault suivi par Deleuze, mais ce n’est pas une procédure conceptuellement assez abstraite pour vraiment saisir les tendances en travail à l’heure actuelle, à l’échelle mondiale.
Considérés ensemble, une analyse de classe qui prend au sérieux la propriété intellectuelle et une théorie du vecteur et de l’enveloppe [de la délimitation et de la forme harmonisée avec la base matérielle de la vectorialisation, donne de meilleures perspectives que la théorie scolastique et encombrée proposée par Hardt et Negri. On constate clairement que les événements actuels ne mènent pas tout à fait à une nouvelle totalité. Des forces très contradictoires sont en jeu. Le vieux système d’Etat, grandi par le pouvoir des vecteurs est à son tour sapé. Comme la classe dirigeante est elle-même devenue vectorielle, sa richesse étant basée sur les brevets et le copyright, ses chaînes et actions d’information, elle se trouve libérée de ses obligations territoriales au sein de l’Etat. Les Etats sont assujettis à leur engagement envers des intérêts particuliers et organisent des parades temporaires contre une vectorialisation ordonnée par les différentes forces de classe en présence, en des temps et des lieux différents.

La théorie de l’Empire de Hardt et Negri a été rattrapée par les événements. Théorie qui aurait bien fonctionné pendant les années Clinton, quand l’état américain semblait plus au moins s’en remettre à la vectorialisation, en dissolvant ses propres formes de délimitations dans les intérêts de la classe vectorielle. Les années Bush Junior sont en effet plus contradictoires. Bush est actuellement le principal militant anti-globalisation aux Etats-Unis – même s’il est très sélectif. Son viol de l’esprit et de la lettre de l’OMC, afin de protéger la sidérurgie US fut un commutateur tactique de la politique du vecteur vers une politique des formes de délimitation. Le fait n’étant pas rare – le Japon, l’UE et les USA commutent constamment l’un et l’autre, sous la pression des différentes alliances des forces de classes.

Ce qui peut être beaucoup plus significatif c’est la pression continuelle de la classe vectorialiste qui tend à un contrôle total de l’information dans un régime de propriété privée. Ceci ayant des dimensions tant nationales que supranationales. Une importante quantité de négociations de l’OMC concerne des questions de propriété intellectuelle. Ces accords sont au moins en partie simplement symboliques, mais ils ont leurs équivalents effectifs dans les l’évolution des lois nationales sur la propriété intellectuelle et les règlements qui garantissent la propriété de la classe vectorielle. De même que les actes de l’enclosure ont scellé le destin d’une paysannerie libre et ont mené vers l’agriculture marchande, de même le développement des stock-options d’entreprise a garanti la marchandisation du capital, de même la loi sur la propriété intellectuelle a engendré une troisième phase de polarisation de classe et de conflits.

Quoiqu’il en soit on trouve très peu d’écho aux questionnements de Hardt et Negri. Negri a toutefois tenté quelques expérimentations d’un nouveau développement de la théorie des classes dans La Politique de Subversion, mais il ne l’a pas poursuivi dans Empire. Peut-être que l’effort de réécrire Marx en le relisant à travers Spinoza a conduit à quelques innovations dans l’analyse des classes ou dans l’analyse de la matérialité des forces d’abstraction dans le monde.

La tournure spinoziste donne une importance légitime aux aspects productifs et créatifs du travail. Ici Hardt et Negri continuent dans la voie qu’ils ont tracé dans le Travail de Dionysos. Mais cette préférence théorique détermine d’avance une préférence politique pour un type de mouvement du genre « pouvoir ouvrier » que jadis Negri patronnait en Italie. On pourrait être tenté de jeter un oeil froid et critique sur les succès et les échecs de ce type de théorie politique, et leur pratique durant les trente dernières années en Italie, avant de se ranger sous la bannière d’une instance politique globale.

(Multitudes-Infos, 12 Juin 2002)

Mc Kenzie Wark

Auteur d’Hacker Manifesto (2004) et aussi de Game Theory (2007). Il enseigne comme professeur associé en Etudes de Culture et des Médias à Eugene Lang College et à la The New Social Research à NY. Il poursuit entre autres un travail critique sur les nouveaux médias et l’espace virtuel.