Un autre regard Ethnographie, narration et postcolonialisme

La crise, caractéristique de notre présent post-colonial, des formes historiquement codifiées pour raconter l’altérité a permis l’émergence de ce qu’on appellera les récits de l’autre, ceux qui étaient implicitement exclus de la position de sujets du récit. Cette crise est particulièrement visible dans une discipline comme l’anthropologie qui se fonde précisément sur la narration de l’Autre. À partir des problèmes posés par la possibilité d’une narration visuelle de l’altérité, cet article propose d’analyser le lien entre narration, représentation et identité à travers le travail de Tracey Moffatt, Isaac Julien et Fiona Tan. Dans leurs vidéos et installations, la question du regard posé sur l’autre s’articule autour des thèmes de la mémoire et de la crise de l’ethnographie en tant que moyens de représentation/narration de l’altérité culturelle. Ces artistes mettent en scène un « autre » regard capable de faire émerger des histoires subalternes et refoulées. Ils affirment une identité marginale et, en même temps, hybride, au-delà des mythes de l’origine et de la pureté qui traversent la pensée coloniale et colonialiste.

The crisis, characteristic of our present postcolonial era, in the historically-codified forms of talking about alterity has permitted the emergence of what can be called « stories of the other » — stories about those who have been implicitly excluded from the position of the subject. This crisis is particularly evident in a discipline such as anthropology, which is founded precisely upon narratives of the Other. Beginning with the problems posed by the possibility of a visual narration of alterity, this article proposes to analyse the connections among narrative, representation and identity in the works of Tracey Moffat, Isaac Julien and Fiona Tan. In their videos and installations, the question of the gaze fixed on the other is articulated around the themes of memory and the crisis of ethnography as a means of representation of or narrative about cultural alterity. These artists stage an « other » gaze capable of bringing out repressed and subaltern histories. They affirm an identity that is marginal and hybrid at the same time, beyond the myths of origin and purity that delineate colonial and colonialist thought.

Alessandra Gribaldo

Alessandra Gribaldo Docteur en Anthropologie, elle a travaillé sur le genre, le corps et la parenté dans le cadre de différentes recherches au Ghana, au Vietnam et en Sicile. Elle a publié La Natura Scomposta. Riproduzione assistita, genere, parentela (Roma, Luca Sossella editore, 2005). Elle collabore actuellement avec la Brown University à un projet entre anthropologie et démographie sur la baisse de la fecondité en Italie.