L’écologie de l’esprit selon Gregory Bateson

Bateson considère que pour comprendre le comportement d’un individu, il faut tenir compte des liens entre cet individu et les personnes avec lesquelles il est en relation. « L’écologie de l’esprit », c’est toute l’organisation du réseau de communication qui relie l’homme à son environnement que l’on retrouve chez l’homme, mais aussi chez l’animal et même dans les grands écosystèmes. Le monde des idées ne se limite pas à l’homme, mais bien à tous ces circuits composés d’éléments pouvant traiter l’information, que ce soit une forêt, un être humain ou une pieuvre L’information consiste en des différences qui font une différence. Pour Bateson, le processus mental émerge de l’interaction entre différents éléments d’un système, il est le résultat d’événements qui se produisent dans le processus d’organisation de ces éléments, dans leurs relations. Ce qui pense, c’est un cerveau à l’intérieur d’un homme appartenant à un système qui comprend un environnement. Les choses qui se passent dans la tête de quelqu’un, dans son comportement et dans ses interactions avec d’autres personnes s’entremêlent et forment un réseau Nous arrivons ainsi à une sorte d’enchevêtrement complexe, vivant, fait de luttes et d’entraides, exactement comme pour n’importe quelle montagne avec les arbres, des plantes et des animaux et qui forment, une écologie.

Bateson argues that the behavior of an individual cannot be understood in abstraction from the relations between that individual and others. The « ecology of mind » is the entire organization of the communication network between human beings and the environment, which also exists in animals and even in large-scale ecosystems. The world of ideas is not restricted to the human world, but belongs to any of these information-processing circuits, whether it be a forest, a human being, or an octopus. Information lies in the differences that make a difference. For Bateson, mental processes emerge from the interaction between the elements of a system. Thinking is the activity of a brain belonging to an agent within a system, itself interacting with an environment. Mental events, behavior and interaction form a complex network of conflict and cooperation, just like the trees, plants and animals forming the ecological whole of a mountain.

Pour accéder à l’article de Jean-Jacques Wittezaele, ouvrir le document PDF

Wittezaele Jean-Jacques

Docteur en psychologie, psychothérapeute, il est élève de Paul Watzlawick, John Weakland et Dick Fisch avec qui il a collaboré pendant plus de trois ans. Représentant du Mental Research Institute de Palo Alto pour l'Europe francophone, spécialiste des travaux de Gregory Bateson, il a publié {L'Homme Relationnel}, Seuil, coproduit de nombreux livres et articles dont {À la recherche de l'école de Palo Alto}.