Tous les articles par Citton Yves

Revenu inconditionnel d’existence et économie générale de l’attention

Un revenu inconditionnel d’existence devrait être envisagé au sein d’une pluralité de formes de revenus, basés sur des logiques hétérogènes. Parmi ces justifications, la prise en compte des dynamiques de l’économie de l’attention (dont Google et Facebook tirent d’ores et déjà des revenus énormes) pourrait jouer un rôle central. Un revenu d’existence apparaîtrait alors comme un investissement social permettant à chacun(e) de diriger son attention vers ce qui lui semble le plus important. Mais cela impliquerait de passer d’une économie restreinte à une économie générale, dans laquelle le moment de l’attention réflexive ne serait pas considéré comme un luxe inutile, mais comme un besoin d’avenir.

Universal Basic Income within a General Attention Economy

A Basic Universal Income (UBI) should be considered among a plurality of heterogeneous logics for rewards and incentives. Taking into consideration the attention economy (which already provides enormous incomes to Google and Facebook) could play a central role in such argu-ments. The UBI would then be seen as a form of investment allowing each recipient to direct his or her attention where
s/he judges would be more needed. This would require us, however, to evolve from a restricted economy to a general economy, where reflexive attention would no longer be considered as a wasteful luxury, but as a growing need for the future.

La présence médiale des corps étrangers

Des pratiques artistiques aux discours sur l’immigration, les présences qui nous hantent en masse vivent de la tension entre leurs réalités médiales, nos désirs d’immédiateté et nos rêves d’immunité. Ce sont les plis générés entre ces trois registres qui rendent nos modes de présence très compliqués.

The Medial Presence of Foreign Bodies

From artistic experimentations to discourses on immigration, we are haunted by presences where realities of mediation, desires of immediacy and dreams of immunity are folded upon each other. The entanglements between these three registers make our modes of presence extremely complicated.

Subjectivations computationnelles à l’erre numérique

Peut-on parler de subjectivités computationnelles dès lors que nous communiquons parfois avec des bots algorithmiques sans même le savoir ? L’article passe rapidement en revue neuf modalités d’articulations possibles entre subjectivation et computation : opacification, rigidification, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpénétration, altérité et, finalement, errement. Pourquoi ne pas apprendre à faire du computationnel – et de l’incomputable qu’il recèle nécessairement – une nouvelle forme d’altérité culturelle ? Cela implique toutefois de reconnaître un certain erratisme inhérent à l’expérience humaine de programmation. Bienvenue dans l’erre numérique !

Computational Subjectivations through Digital Wonders and Wanderings

This article explores nine possible articulations between subjectivation and computation : opacity, rigidity, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpenetration, alterity and erraticity. Why not treat the computational — including the incomputable which rests in its core — as a new form of cultural Other? This requires us, however, to acknowledge the erring part in the human experience of programming. Welcome to the wanders of computation!

Texte complet: http://www.multitudes.net/subjectivations-computationnelles-a-lerre-numerique-texte-complet/

Dispositifs populistes et régimes médiarchiques : neuf hippothèses

Les discours populistes sont habituellement décrits comme des perversions des procédures démocratiques, alors qu’ils méritent bien plutôt d’être interprétés comme des révélateurs de la nature « médiarchique » de nos régimes politiques. Neuf « hippothèses » cavalières esquissent une ana-lyse invitant à considérer les populismes en termes d’effets mass-médiatiques qui se nourrissent des perversions qu’ils font mine de dénoncer.

Populist Devices and Mediarchic Regimes : Nine Hippotheses

Populist discourses are usually described as perversions of democratic procedures, but they should rather be interpreted as symptoms of the mediarchic nature of our political regimes. The article rides over nine “hippotheses” which consider populisms as mass-mediatic effects which fuel the perversions they pretend to denounce.

Documenter les contre-fictions

Documenter les contre-fictions

Quelques films récents donnent à voir à la fois un désir de documenter une réalité que l’appareillage dé-subjectivé de la caméra saisit mieux qu’une conscience humaine encombrée de clichés, et un besoin de réinjecter des fictions au sein de la réalité qu’on filme. Cette tension pro-duit une dynamique contre-fictionnelle qui ouvre des voies prometteuses au geste documentaire.

Documenting Counter-Fictions

A number of recent films are animated by a desire to document reality through a de-subjectified camera which captures it better than a human consciousness overtaken by stereotypes. At the same time, they need to reinject some sort of fiction into the reality they document. This tension generates a counter-fictional dynamics which paves promising new ways for the documentary gesture.

Humanités numériques
Une médiapolitique des savoirs encore à inventer

Cet article essaie de distinguer trois strates au sein de ce qu’il est convenu d’appeler « humanités numériques » (hum num) ou « humanités digitales ». Les hum num 1.0 font le travail concret de numérisation, balisage, reformatage, design d’interfaces en reprenant le plus souvent des corpus déjà identifiés et circonscrits. Les hum num 2.0 tirent de ce travail de numérisation l’opportunité de constituer de nouveaux corpus et d’expérimenter de nouvelles procédures et de nouvelles formes de collaboration, qui débordent et érodent les frontières entre les disciplines, comme entre l’université et ses dehors. Les hum num 3.0 essaient de comprendre comment les pratiques et savoirs constitués depuis des siècles autour des humanités peuvent nous aider à comprendre et à nous repérer dans les façons dont le numérique informe de plus en plus profondément nos modes de subjectivation.

Digital Humanities
Three Strata of a Mediapolitical Approach

This article attempts to articulate a mediapolitical approach of Digital Humanities (DH), based on three different (but complementary) layers. DH1 digitalizes pre-defined corpuses inherited from the traditional disciplines. DH2 takes advantage of the digitalization to generate new corpuses, new forms of analysis and of collaborations which erode the borders between pre-existing disciplines, as well as between academia and the outside world. DH3 mobilizes the Humanities to better understand and reappropriate the computational subjectivations induced by the digital media.

Subjectivations computationnelles à l’erre numérique

Peut-on parler de subjectivités computationnelles dès lors que nous communiquons parfois avec des bots algorithmiques sans même le savoir ? L’article passe rapidement en revue neuf modalités d’articulations possibles entre subjectivation et computation : opacification, rigidification, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpénétration, altérité et, finalement, errement. Pourquoi ne pas apprendre à faire du computationnel – et de l’incomputable qu’il recèle nécessairement – une nouvelle forme d’altérité culturelle ? Cela implique toutefois de reconnaître un certain erratisme inhérent à l’expérience humaine de programmation. Bienvenue dans l’erre numérique !

Computational Subjectivations through Digital Wonders and Wanderings

This article explores nine possible articulations between subjectivation and computation : opacity, rigidity, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpenetration, alterity and erraticity. Why not treat the computational — including the incomputable which rests in its core — as a new form of cultural Other? This requires us, however, to acknowledge the erring part in the human experience of programming. Welcome to the wanders of computation!

Art et valuation
Fabrication, diffusion et mesure de la valeur
Les pratiques artistiques proposent moins des objets (œuvres) que des enquêtes de « valuation », pour reprendre un terme inspiré par John Dewey. Cet article essaie de comprendre en quoi ces jeux artistiques de valuation nous montrent l’envers à la fois des modes de valorisation issus du marché et des pratiques d’évaluation imposées aujourd’hui au nom d’une certaine « gouvernance ».

Art and Valuation
Making, Publishing and Measuring Value
Art practices provide us less with “works” than with inquiries of “valuation” (a term inherited from John Dewey). This article attempts to understand how artistic contraptions of valuation reveal the hidden side of the modes of valorization generated by market forces, as well as of the measures of evaluation imposed in the name of good governance.

Accélérer la gauche écologiste ?
Le Manifeste accélérationniste de Srnicek et Williams pourrait facilement être disqualifié comme une fuite en avant follement technophilique ou comme un retour en arrière vers la verticalité autoritaire du Komintern. Nous pensons qu’il vaut la peine de lui donner le crédit d’une analyse lucide des débandades d’une gauche écologiste écartelée entre nostalgie fordiste et complaisance minoritaire. Pourquoi ne pas focaliser nos combats sur la sphère mass-médiatique pour accélérer notre sortie du capitalisme ?

Accelerating the Ecologist Left?
Srnicek and Williams’ Manifesto for an Accelerationist Politics could easily be discarded as a technophilic flight of fancy or as a return to the vertical politics of the Komintern. We believe it deserves more attention, in its analysis of the current disarray of the ecologist Left, torn between Fordist nostalgia and minoritarian complacency. Why not focus our struggles against mass media to try and accelerate our escape from capitalism?

Quoi de commun entre les participants du dernier Forum Social Mondial de Tunis, les activistes d’un collectif belge de défense des sans-papiers, les praticiens de la démocratie réelle réunis à la Puerta del Sol de Madrid et les hurluberlus que nous rencontrons parfois dans nos rues (ou sur nos réseaux sociaux) revêtus de costumes d’animaux […]

Cet article fait le point sur quelques nouvelles formes d’exploitation rendues possibles par Internet. Des travailleurs intellectuels sont mis en concurrence directe depuis les quatre coins de la terre ; le travail gratuit fourni par des fans ou des bloggeurs se trouve récupéré dans des entreprises commerciales ; l’internaute auquel on fournit un service gratuit se trouve devenir lui-même la marchandise dont des multinationales tirent leurs profits. À l’horizon de ces nouvelles exploitations apparaît la reconfiguration générale induite par le déploiement d’une économie de l’attention.

The Attention Economy and the New Forms of Digital Exploitation
This article offers a survey of various new forms of exploitation made possible by Internet. Crowdsourcing enlarges competition among intellectual workers ; free labor is re-appropriated by corporations ; we become the product when services are provided “for free”. The attention economy lurks at the horizon of such new developments, requiring new concepts and new tools in order to understand how it upsets traditional views of exploitation.

Après avoir passé plusieurs années dans des pays occidentaux, un universitaire chinois d’une province intérieure répond à nos questions sur sa perception des développements socio-politiques en cours. Ni opposant, ni dévot du Parti, il a préféré garder l’anonymat pour exprimer la voix d’une personne qui se veut commune. Les propos qui suivent ont été recueillis […]

Envoûtements médiatiques

Notre existence baigne dans le medium des médias. Paroles qui volent, écritures qui restent, lettres qui traversent l’Europe depuis des siècles, journaux quotidiens qui s’y diffusent depuis deux cents ans, télégraphe, téléphone, cinéma, radio, télévision, Internet, smartphone, Facebook : ça circule de plus en plus, toujours plus vite, toujours plus largement, toujours plus intimement. Tout cela […]

Traiter les données

entre économie de l’attention et mycélium de la signification
Le traitement des big data (bases de données de grosse taille) pose un défi à nos intelligences collectives. Il nous contraint à inventer une autre économie de l’attention, à redéfinir la notion de « pertinence » (et d’impertinence), à nous doter d’une conception plus fine, plus souple et plus vivace de la « signification ». Cet article suggère que c’est du côté de la façon dont la littérature gère la polysémie que nous devrions chercher de quoi faire face à tous ces défis.

Managing data, between the attention economy and the mycelium of making sense
Processing big data challenges our collective intelligence. We need to invent an attention economy, redefine the notion of “relevance”, and devise a finer and broader conception of “meaning” and “sense”. This article suggests that the way literature “manages” polysemy could inspire us in facing such challenges.

La dette est une affaire de mots avant d’être une affaire de chiffres. La rengaine qui nous enjoint de rembourser nos dettes nous berce d’illusions, que cet article essaie de déboulonner. La dette est un appareil de capture des revenus du travail, son remboursement fait l’objet de conflits sociaux et non de calculs économiques. Surtout, la vraie dette, écologique, ne saurait être remboursée, mais entretenue.

Freedom from reimbursement !
Private and public “debts” are a matter of words, as much as a matter of numbers. The chorus currently exhorting us to re-pay our debts sings a delusional tune, which this article attempts to debunk. The reference to our debts works as a predatory machine. The real debts which obscure our future, the social and the ecological debt, can not be “paid back”: they need to be “maintained”, in order for us to survive and prosper.

Contre-fictions : trois modes de combat

On essaie ici de définir la notion de contre-fiction en esquissant trois types possibles. Les contrefictions initiatrices nous permettent d’imaginer un autre monde possible qui, en suscitant notre désir, nous donne un recul critique sur le monde actuel. Les contre-fictions dénonciatrices s’insinuent dans la production des apparences pour court-circuiter la logique reproductrice du capitalisme consumériste. Les contre-fictions documentaires misent sur la charge de réalité captée par les enregistrements analogiques pour déjouer les clichés informant la programmation de notre réalité par la logique du spectacle.

Counter-Fictions: Three Types of Fights

This article attempts to define the notion of counter-fiction and to sketch three of their possible types. A counter-fiction is a narrative of various lengths carried by various supports (from a graffiti by Banksy to a novel by Wu Ming, from a hoax by the Yes Men to a film by Straub and Huillet) which introduces a fictional component into our actual world, in order to scramble, block or re-route the systemic reproduction of our reality.

Le Mouvement du 15 Mai, rassemblé environ un mois sur la Puerta del Sol de Madrid autour du chant No nos moveran (repris des combats des républicains espagnols de 1936), s’inscrit dans un vent de révolte qui agite depuis de nombreux mois tout l’espace méditerranéen. Des rues de Sidi Bouzid aux villes de Syrie, en passant […]

Cet article propose une série d’axiomes et de règles. Contre les hétérorythmies qui écrasent les subjectivités et contre l’arythmie de la mondialisation néolibérale, cette axiomatique soutient une série de revendications rythmiques et polyrythmiques pour notre temps. Un agencement synrythmique est fait d’une multiplicité de rythmes intérieurs (endorythmies) qui entrent en résonance et s’entraînent mutuellement en dansant autour de leurs périodicités.

Axioms of survival for a political rhythmanalysis

This article proposes a set of axioms and rules. Against the heterorhythms which break the subjectivities and against the arrhythmia of neo-liberal globalization, this axiomatic upholds a set of rhythmic and polyrhythmic claims for our time. A synrhythmic assemblage is made of a multiplicity of inner rhythms (called endorhythms) which resonate with each other and lead each other as they dance around their periodicities.

Qu’est-ce aujourd’hui qu’un collectif ? Telle est peut-être la question des questions qui se pose à notre époque. Sociologues et théoriciens de la politique y réfléchissent bien entendu depuis des siècles, mais elle devient de plus en plus urgente au fur et à mesure que nos modes d’interaction et d’interdépendance se complexifient, s’intensifient et se […]

Un psychiatre militaire américain fait feu sur quatorze soldats et les tue. Avant c’était des collégiens. Des ingénieurs, techniciens et commerciaux de France Télécom se suicident en série. Des agents du ministère de l’Écologie, d’autres administrations, des salariés d’autres entreprises aussi. La directrice de la Protection judiciaire de la jeunesse de Paris l’a tenté. Chaque […]

Baptisons ce monstre Switzeurolandia. Définissons-le comme le croisement entre une monstruosité nationale «réelle » (Switzerland) et une monstruosité post-nationale en devenir (Eurolandia). Et envisageons Switzeurolandia à partir d’une hypothèse projective : la monstruosité Swiss offre déjà un modèle réduit du type d’économie des affects politiques qui pourrait caractériser la monstruosité européenne, si on l’abandonne à ses tendances de développement actuellement dominantes.

Let’s call this monster Switzeurolandia, and let’s define it as a crossover between a national form of political monstruosity (Switzerland) and a post-national monster-in-progress (Eurolandia). And let’s consider this crossover through a projective hypothesis: the Swiss monster provides us with a scale-model of the type of economy of political affects that could well govern the future developments of the European Union, if it is abandoned to its current trends.

Citton Yves

Enseigne la littérature et l’archéologie des media à l’université de Grenoble-Alpes, où il est membre de l’UMR LITT & ARTS (CNRS 5613). Il a publié récemment Pour une écologie de l’attention (Seuil, 2014), Gestes d’humanités (Armand Colin, 2013), Renverser l’insoutenable (Seuil, 2012), Zazirocratie (Éditions Amsterdam, 2011). Site en ligne : www.yvescitton.net. Co-directeur de Multitudes.

Revel Judith

Maître de conférences à l’université de Paris-I. Philosophe, italianiste et traductrice, elle est spécialiste de philosophie contemporaine et en particulier de Michel Foucault, dont elle a publié l’édition italienne des Dits et Écrits (Feltrinelli, 1996-1998) et à qui elle a consacré plusieurs livres et de nombreux articles. Travaille aujoud’hui sur les problématisations du politique avant et après 1968. Dernier ouvrage paru en langue française : Michel Foucault. Expériences de la pensée (Bordas, 2005). Membre du bureau scientifique du Centre Michel Foucault, de la rédaction de la revue italienne Posse, et de celle de Multitudes.