Au nom du territoire
Le déploiement exponentiel de l’usage scientifique et politique du mot « territoire » interroge. Il date du début des années 1980 et s’explique par la mondialisation, ses basculements, les luttes qu’ils génèrent, la quête d’une nouvelle intelligibilité du monde réagencé en ses différentes échelles. Mais cela n’exonère pas de la clairvoyance sur les usages politiques qui en sont faits désormais. Contre une idéologie territoriale de plus en plus « locale-populiste », l’auteur rappelle deux conditions pour construire les sociétés par les territoires sans les y enfermer.

In the Name of the Territory
The exponential deployment of the scientific and political uses of the word “territory” is a matter of concern. It dates back to the early 1980s and can be explained by globalisation, the transformations and struggles it generates, and the quest for a new intelligibility of the world rearranged at different scales. But this does not exempt us from being clear-sighted about the political uses to which the word is put. Against an increasingly “local-populist” territorial ideology, the author states two conditions for building societies through territories without enclosing them.