Tous les articles par Vincent Jean-Marie

Le Sujet et l’individu

Le livre d’Alain Renaut “L’ère de l’individu, contribution à une histoire de la subjectivité”[[ Paris 1989. est un ouvrage qui ne laisse pas le lecteur indifférent. Les thèses qu’avance l’auteur sont en effet formulées clairement et vigoureusement; elles sont le plus souvent étayées par des arguments sérieux et par une érudition indéniable et maîtrisée. On […]

La pensée affaiblie

Depuis le milieu des années soixante dix, la pensée critique est soumise à rude épreuve dans le monde occidental. La tradition marxiste, incapable de se renouveler et de faire ses comptes avec le “socialisme réel”, est entrée dans une crise dont elle ne s’est pas remise. Le discrédit qui l’a atteinte a rejailli très souvent […]

Les voies de la démocratie

Dans le monde contemporain, la démocratie est presque partout une démocratie représentative parlementaire, il est vrai, très souvent mâtinée de traits autoritaires, mais surtout elle est une démocratie liée à l’Etat national. Elle n’est pas organisée comme une fédération de communes ou de régions auto-gouvernées : elle est insérée dans le cadre de la souveraineté […]

Bassesse et discrédit

Il n’y a pas à se bercer d’illusions. La situation en France est en train de se dégrader à très grande vitesse. Chacun à sa façon, le gouvernement et le front national font tout leur possible pour restreindre les libertés et pousser encore plus loin les politiques de ségrégation et de précarisation sociale. Dans les […]

Les révélations de Saint-Bernard

Depuis le mois d’août 1996, l’immigré n’est plus tout à fait une figure abstraite, affectée de nombreux traits négatifs, délinquance, criminalité, toxicomanie, etc. Pour beaucoup il a maintenant les caractéristiques des « sans-papiers » de Saint-Bernard, c’est-à-dire d’hommes et de femmes qui luttent avec courage et intelligence pour leur dignité et la reconnaissance d’un minimum […]

L’Europe n’est pas encore l’Europe

L’Europe des quinze est en crise, mais faire cette constatation d’évidence ne dit encore rien sur l’ampleur et la portée de cette crise. En France une coalition vaste et hétéroclite, de Le Pen à Robert Hue, dénonce, sinon à l’unisson, du moins avec vigueur le coupable : le traité de Maastricht et sa marche vers […]

La destabilisation du travail

Le travail apparaît aujourd’hui comme une réalité fuyante sur laquelle il est difficile de s’appuyer comme on le faisait auparavant. On ne peut plus le concevoir à l’heure actuelle comme quelque chose de naturel donné aux hommes depuis des temps immémoriaux. Le travail, beaucoup le reconnaissent de nos jours, a une historicité : il se […]

De te fabula narratur

En Europe, et surtout en France, l’anti-américanisme ou plutôt les anti-américanismes sont la plupart du temps des antiaméricanismes de suffisance. On est content de pouvoir affirmer que les problèmes propres à la société américaine ne peuvent pas se présenter de la même façon en Europe, on est aussi facilement porté à déclarer que la culture […]

Los Angeles , l’Europe de Maastricht et le nouvel ordre mondial

Nous parlons, dans ce numéro de Futur Antérieur, des États-Unis d’Amérique : de la crise du système politique et de la “catastrophe” des rapports sociaux, du déclin économique, des nouvelles techniques de “commandement” et des idéologies mystificatrices que nous offre cette Amérique, tout en disant aussi le désespoir et la puissance de la révolte. Mais […]

La dégradation de la politique

La vie politique en France est en train de se dégrader très rapidement. Les partis établis n’ont à l’évidence plus grand-chose à dire sur les problèmes qui affectent le pays et tendent à s’aggraver. Ils ne disent rien de crédible contre l’augmentation du chômage, ils ne disent rien de crédible sur la façon de faire […]

Marx, la religion du quotidien et de la modernité

Dans son livre Théorie de la modernité – suivi de Marx et le marché[[P.U.F., Paris, 1990. – Jacques Bidet propose une relecture laïque, donc critique, de Marx. Ce qui fait la nouveauté de l’entreprise, c’est que Jacques Bidet ne cherche ni à pourfendre, ni à absoudre Marx, mais à le saisir dans ses points faibles […]

Pensée critique et catastrophe ordinaire

Aujourd’hui la pensée médiatisée (et ses succédanés nobles) fonctionne hystériquement dans tous les sens. Elle ne s’arrête à rien. Tout va, rien ne va ! Qu importe, pourvu que les intellectuels commentent sans se lasser en faisant taire leurs propres interrogations. C’est l’indifférence multipliée à l’infini, projetée n’importe comment sur n’importe quoi, qui doit l’emporter. […]

Capital et technoscience

Dans son livre « Die Wissenschaftsgesellschaft » (la société de la Science)[[Suhrkamp verlag, Frankfurt/Main 1986, Rolf Kreibich, un des meilleurs connaisseurs de la scientisation des processus économiques et sociaux actuels affirme que les sociétés contemporaines sont dominées par la science comme force productive directe. Cela signifie selon lui que l’économie obéit à une logique de […]

Au-delà de l’Etat nation

L’État national, c’est-à-dire l’ensemble d’institutions et d’appareils fondé sur la souveraineté étatique opposable aux citoyens est en rapide mutation. Il ne veille plus au bon fonctionnement du marché national, il ne cherche plus comme il y a quelques décennies à intégrer le maximum de salariés à l’ordre existant par des politiques sociales en expansion. Par […]

Les méandres du pouvoir De la domination à la liberté

Dans son livre Faktizität und Geltung (Facticité et validité), Jürgen Habermas entend jeter les fondements d’une théorisation communicationnelle ou discursive du droit et de l’État qui permettrait de dépasser les différentes variantes du positivisme juridique et du fétichisme de la force ou de la violence dans la conception de l’étatique. Pour lui il n’y a […]

Après les élections : l’Allemagne comme une force encore tranquille

Helmut Kohl a remporté de justesse les élections législatives allemandes le 16 octobre 1994. Jusqu’au printemps 94 son parti obtenait de mauvais scores dans les sondages, parce qu’il apparaissait comme usé et sans dynamisme. On reprochait à Helmut Kohl et à son équipe les difficultés de l’unité, la croissance vertigineuse de l’endettement public, la montée […]

Sociologies en temps de crise

Il n’y a jamais eu de sociologie véritablement unifiée. Des écoles ou des courants ont pu à certains moments dominer la scène, c’est-à-dire les institutions universitaires et de recherche, cette domination n’a jamais été sans partage. Il faut naturellement se féliciter de cette diversité : le pluralisme des sociologies permet des affrontements qui peuvent se […]

L’Europe en péril

Un an après le référendum français sur Maastricht, l’Europe des douze est dans une crise profonde. Les institutions communautaires sont en grande partie paralysées et sont en particulier incapables d’entreprendre des politiques crédibles dans un domaine aussi sensible que le chômage. Le système monétaire européen, longtemps présenté comme un gage de stabilité, n’a pu résister […]

Lire Schelling autrement

Saverio Ansaldi vient de publier aux éditions L’Harmattan un livre La tentative schellingienne, un système de la liberté est-il possible ?[[Saverio Ansaldi, La tentative schellingienne, Paris, L’Harmattan, 1993. qui présente un grand intérêt, parce qu’il redonne toute sa complexité à un penseur qu’on classe trop vite parmi les philosophes mystiques et réactionnaires. Saverio Ansaldi ne […]

Discours sur l’égalité entre les hommes

Le livre[[Tony Andréani, Marc Féray, Discours sur l’égalité parmi les hommes. Penser l’alternative, Paris, L’Harmattan. de Tony Andréani et de Marc Féray est un livre utile et courageux dans le contexte actuel. Il fait une critique très argumentée des discours inégalitaires d’hier et d’aujourd’hui, des idéologies “économistes” et néo-libérales du moment. Les deux auteurs ne […]

Théorie allemande et pratique française de la liberté

Le livre[[Solange Mercier-Josa, Théorie allemande et pratique française de la liberté, Paris, L’Harmattan. de Solange Mercier-Josa est une confrontation minutieuse et systématique des positions de Hegel, Feuerbach, Arnold Ruge et du jeune Marx sur l’État, la politique et la démocratie. L’auteur s’arrête en particulier sur les positions d’Arnold Ruge pour montrer tout l’intérêt qu’on peut […]

Séismes

La chute du mur de Berlin est déjà bien loin et les prévisions optimistes que certains ont pu faire à ce moment-là sont bien oubliées. Le capitalisme occidental domine effectivement le monde, mais il est toujours à la recherche d’un équilibre qui se dérobe sans cesse sous ses pas. La mondialisation balaie bien des situations […]

Contre le Front National

Les résultats obtenus par le Front National lors de l’élection présidentielle et lors des élections municipales montrent, s’il en était encore besoin, que ce parti n’est plus une force marginale. Il est aujourd’hui massivement soutenu par des ouvriers, des cadres, des commerçants et des paysans sur une grande partie du territoire et rien ne laisse […]

La dégradation de la politique sous Mitterrand

Aujourd’hui il est de bon ton de considérer avec un mépris appuyé les quatorze années qui nous séparent de la victoire électorale de Mitterrand en 1981. Il est vrai qu’il n’y a pas lieu de se féliciter des résultats de la gestion socialiste :les affaires de corruption se sont multipliées, le chômage a beaucoup augmenté, […]

Yougoslavie : la barbarie nationaliste

L’éclatement de la Yougoslavie depuis 1990 vient certainement de loin, d’une histoire tourmentée des Slaves du Sud. Mais cela ne dispense pas de s’interroger sur ce qui, ces dernières années, a conduit à la catastrophe actuelle. Il faut d’abord le rappeler, de 1945 à 1988-89, la Yougoslavie titiste, puis post-titiste a connu plusieurs décennies d’harmonie […]

L’Europe sans flamme

La construction européenne a franchi une série d’étapes décisives avant même les échéances de 1993/94. La GrandeBretagne a fini par accepter le système monétaire européen et ses contraintes, et elle ne s’oppose plus à la création d’une monnaie commune. On peut constater, en outre, que chaque pays membre reçoit plus d’avantages de sa participation à […]

Vincent Jean-Marie

Jean-Marie Vincent est mort, mardi 6 avril 2004, à l'âge de 70 ans. Avec lui disparaît un universitaire (il a fondé et dirigé le département de sciences politiques de Paris-VIII), un chercheur qui a publié des ouvrages importants (notamment Critique du travail. Le faire et l'agir, PUF, 1987 ; Un autre Marx. Après les marxismes, ed. Page Deux, 2001). Mais limiter l'apport de Jean-Marie Vincent aux dimensions d'un catalogue de publications réduirait son rôle auprès de tant d'étudiants, d'enseignants et de militants. Son travail n'avait de sens à ses yeux que s'il contribuait à une meilleure compréhension des formes de l'exploitation capitaliste : on retiendra en particulier ses analyses du "fétichisme de la marchandise" et de tous les mécanismes qui font obstacle à la compréhension de la société par les êtres humains. Une telle analyse critique (Jean-Marie Vincent se passionnait pour l'étude de l'école de Francfort, à laquelle il a consacré un livre), prend tout son sens quand on la replace dans la perspective d'une transformation globale de la société par la mise en œuvre d'une démocratie, fondée sur l'auto-organisation des producteurs : tel est l'éclairage qui permet de comprendre au mieux ce qu'a toujours dit notre ami - et, par conséquent, de rendre manifestes les causes de son engagement personnel. Car Jean-Marie Vincent, né en mars 1934, arrivé de province membre de la JEC, rejoint vite une des organisations trotskistes de l'époque. Cette adhésion au trotskisme avait, à ses yeux, le mérite d'unir à une critique radicale du stalinisme une fidélité aux principes du communisme. Mais la marge est grande entre les principes et la pratique. Jean-Marie Vincent quitte bientôt le groupe "bolchevik-léniniste" et se lance dans la construction de ce qui va devenir le PSU. Il en sera un des dirigeants, animateur de la gauche du parti, ferme sur les luttes anticoloniales. Mai 1968 modifie le paysage militant. Refusant la perspective sociale-démocrate qu'implique l'adhésion au Parti socialiste, même modernisé par les soins de François Mitterrand, Jean-Marie Vincent milite un temps à la LCR mais s'en écarte finalement, hostile au léninisme des trotskistes (il a formulé théoriquement ses critiques dans un article à paraître dans la revue Critique communiste). Dès lors, Jean-Marie Vincent peut consacrer ses loisirs à la pensée critique. Directeur de la revue Futur antérieur, fondée avec Toni Negri, il animait, ces dernières années, Variations. Depuis moins de deux ans, il était en retraite. Ce fut pour lui l'occasion d'une "mobilisation militante", pour employer ses termes : comprendre les nouveaux aspects de la crise de la société pour mieux dégager des perspectives de lutte était devenu indispensable. Il publie donc avec Pierre Zarka et Michel Vakaloulis : Vers un nouvel anticapitalisme. Pour une politique d'émancipation (Le Félin, 2003). Mais Jean-Marie Vincent était aussi un grand amateur et connaisseur de musique classique, ce qui lui permettait de s'évader des difficultés présentes. La déconfiture de la droite aux élections régionales le ravit particulièrement. Il imaginait joyeusement, hier encore, le moment où la rue crierait : "Chirac démission !" La mort a mis fin à cette expérience d'intellectuel révolutionnaire. Denis Berger