Archives par mot-clé : socialisme

Entretien avec Michel Valensi Michel Valensi : Depuis ton premier livre, Convention et matérialisme (non traduit en français) qui date de 1986, et même depuis tes premiers écrits plus politiques des années 1970, jusqu’à ce dernier livre qui paraît aujourd’hui en français sous le titre Et ainsi de suite. La régression à l’infini et comment l’interrompre, consacré à […]

La plèbe, la multitude
et la rente
Le retour de la catégorie de plèbe, qu’on croyait liée à l’empire romain ou aux luttes populaires de l’époque de la Renaissance, tient à la difficulté de catégoriser en termes marxistes, liés à la production, des alliances transversales entre groupes émergents et exclus. La plèbe qui cherche à accaparer les surplus ressemble à la multitude décrite par Toni Negri et Michael Hardt comme surgissant dans les villes pour profiter de la rente urbaine. Ce que décrivent Corten et ses amis n’est-il pas la classe antagoniste du capitalisme cognitif en constitution ? L’image du devenir-plèbe de la multitude, et de la régression vers le capitalisme agro-industriel, programmée avec le Mondial de foot et les Jeux Olympiques, semble très écornée.

Plebeian Politics, Multitude and Rent
The return of the notion of “plebs”, which was mostly used to refer to the Roman Empire or to popular uprisings in the Renaissance, is probably due to the fact that it is very difficult to explain in Marxist terms (based on relations of production) the new transversal alliances between emergent and excluded social groups. In its effort to capture various forms of rent, the plebs is somewhat similar to Hardt and Negri’s multitude jumping out of the cities in order to capture the urban rent. What is described by Corten and his friends as the plebs may be the antagonist class to cognitive capitalism. The image of a becoming-plebs of the multitude, and of a regression towards agro-industrial capitalism, as programed by the World Football Tournament and the Olympic Games, deserves a debate.

ment of incompatibility. Only cosmic politics can host the excess of the sensible and the always-new experience of the Unknown.

Frédéric Bisson
Mahler prophète
À la fois grandiose et ironique, la Troisième Symphonie de Gustav Mahler incarne tous les paradoxes du postromantisme. Bâti sur le contraste stylistique entre « haute » musique et musique vulgaire, le premier mouvement indique la perspective depuis laquelle la mégalomanie romantique peut devenir authentiquement révolutionnaire : la perspective minoritaire. La Symphonie donne ainsi une image de la « grande politique » dont notre temps serait capable.

Mahler as a Prophet
Both grandiose and ironic, Gustav Mahler’s Third Symphony epitomizes all the paradoxes of post-romanticism. Build on the stylistic contrast between “high” music and common one, the first movement of the Symphony points out the perspective from which the romantic megalomania can become something really revolutionary : the minority-perspective. Thus the Symphony shows how “grand politics” is nowadays still possible.
Michael Löwy
William Morris, romantique révolutionnaire
La caractéristique centrale du romantisme comme vision du monde est la protestation culturelle contre la civilisation industrielle capitaliste moderne au nom de certaines valeurs du passé. Le socialiste anglais William Morris (1834-1896), artiste, écrivain, penseur politique, auteur du célèbre roman utopique Nouvelles de nulle part, est un des plus éminents représentants de la variante révolutionnaire du romantisme.

William Morris, a Revolutionary Romanticist
The central trait of romanticism as a worldview is the cultural protest against the modern industrial capitalist civilization in the name of certain values from the past. The English socialist William Morris (1834-1896), artist, writer, political thinker, author of the utopian novel News from Nowhere, is one of the most distinguished representatives of the revolutionary form of romanticism.

Les nouvelles luttes de classes relatives à la propriété de l’information opposent désormais la classe des hackers, qui créent, inventent, explorent, découvrent, à la classe vectorialiste, qui, en s’étant approprié l’accès aux vecteurs de communication, dispose seule des moyens de réaliser la valeur de ces créations. Les pratiques des réseaux libres, la spontanéité du travail gratuit, l’analogie du jeu : tout cela semblait jouer contre les anciennes formes de pouvoir vectorialiste, mais se trouve désormais mis au service de nouvelles formes d’exploitation. Seul un financement universel de nos besoins sociaux fondamentaux peut assurer la reproduction de nos biens intellectuels communs.

New Strategies of the Vectorialist Class
New class struggles around ownership of information oppose the Hacker class, which creates, invents, explores, researches, discovers, to the vectorialist class, which privatizes access to the vectors of communication and circulation, and which is alone in position to realize the value of such creations. Practices of free networks, spontaneous free labor, and “playbor”, which worked against old forms of vectoral ownership, are being re-appropriated by new forms of exploitation. Only a universal financing of our basic social needs can guarantee the reproduction of the commons.

Les auteurs insistent sur la diversité des points de vue des auteurs chinois du numéro et sur le caractère central de la construction de l’État providence, ce qui différencie la Chine du Brésil par exemple. Ils croient, à la différence de François Godement, à des contradictions majeures qu’on verra émerger tôt ou tard, liées à des problèmes démographiques comme le vieillissement de la population, ou sociaux comme le rôle des femmes ou les conflits ethniques, ou à l’usage croissant des nouvelles technologies de communication. Les modèles culturels globalisés véhiculés par les réseaux sociaux, s’ils sont encore marginaux, ont une certaine emprise, comme le montre le développement des ONG.

Political and Economic Fragments from China
Through the diverse views presented by the Chinese authors gathered in this issue, a crucial question emerges: that of the construction of a Welfare-State, which sets China apart from Brazil, for instance. Disagreeing with François Godement, the authors believe that major contradictions will sooner or later emerge, linked to demographic issues such as the ageing of the population, or to social issues such as the place of women or ethnic conflicts. The globalized models of sociality carried by social networks, while still marginal, are an increasingly important factor, as demonstrated by the development of NGOs.

La révolution industrieuse des pays asiatiques s’est appuyée sur la force des bras et a donc eu une grande capacité redistributive. C’est l’augmentation du revenu et du bien-être des populations qui est le moteur. C’est ce qui donne aux régions défavorisées leur capacité de résistance à la crise. Il faut déplacer vers elle le centre de gravité du pays et les inclure dans le nouveau modèle de développement. Mais on devra affronter le problème ethnique des non Han plus présents dans ces régions, et les différences de modèles culturels : les régions côtières sont plus occidentalisées.

Industrious Revolution and Common Prosperity
The “industrious revolution” in Asian countries relied on physical labor and had therefore a major redistributive potential, increasing incomes and welfare, which provided less developed regions with a greater capacity to resist crises. New models of development must be re-centered around these internal regions, which will need to devote greater attention to cultural differences, since their non-Han populations are less Westernized than in the coastal regions.

D’après Toynbee, la postmodernité se caractérise par la montée de la classe ouvrière sur la scène politique et l’adoption de la modernité occidentale par les intellectuels non occidentaux. Mais pour le poète Olson, la postmodernité est post-occidentale. Deux Chinois assistaient à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et ont influé sur sa rédaction. L’histoire universelle a besoin de la diversité.

Xibaipo’s Postmodernity and the Dawn of a New Age
According to Toynbee, Postmodernity is defined by the coming to power of the working class on the political scene and by the adoption of Western modernity by non-Western intellectuals. But according to the poet Olson, postmodernity is post-Western. There were two Chinese among those who wrote the Universal Declaration of Human Rights. Universal history needs diversity.

Des manifestations massives de mécontentement tant à l’égard de la politique que de la politique économique se sont produites au Moyen-Orient, en Espagne, à Wall Street. Elles touchent désormais le Brésil. Pour quelles raisons ? Que représentent ces mouvements sociaux actuels ? Giuseppe Cocco : Disons tout de suite que ce qui caractérise ces manifestations, c’est qu’elles ne […]

Olivier Peyricot appelle le design à faire le choix de la poésie, au lieu de réduire les œuvres à l’état d’objets. Pour repolitiser le design il propose d’occuper les hommes avec ou sans objets, dans la vacuité de leurs existences pour qu’ils puissent occuper enfin leurs vies

Superflux in slow motion

Olivier Peyricot calls for a design which chooses poetry and poiesis, instead of reducing works to objects. In order to bring politics back into design, he suggests to occupyy humans, with and without objects, in the vacuum of the existence, so that they can finallu dwell into their life.

De quoi parlons-nous à travers les références actuellement omniprésentes à « la crise » ? Et surtout : de quoi ne parlons-nous pas quand nous parlons de « la crise » ? Multitudes a ouvert ses pages à des auteurs très divers pour esquisser quelques réponses, qui figurent ici sous la forme d’un abécédaire : une suite d’entrées plus ou moins brèves qui visent à prendre […]

Sans André Gorz, on n’aurait jamais assisté à la greffe réussie entre la gauche anti-institutionnelle issue de Mai 1968 et l’écologie antiproductiviste, donc a-socialiste, dont est issu peu ou prou tout ce qui cherche encore une gauche digne de ce nom.

Without André Gorz we would never have witnessed the successful grafting of the anti-institutional post-68 left onto an anti-productivist and therefore a-socialist ecology, which has given rise to everything still in search of a leftist project worthy of the name.

Dans Réforme et Révolution, que Gorz avait publié en 1969, j’avais appris — et ce n’était pas très facile, dans l’exaltationpost-soixante-huitarde — à me défier du « tout ou rien », du mythe du grand soir par lequel on changerait d’un coup les rapports de production. J’avais appris qu’il y avait d’énormes marges de transformation à l’intérieur même du capitalisme : ce que nous allions montrer, en tant que chercheurs, avec l’approche de la régulation, et ce à quoi je suis toujours resté fidèle en tant qu’homme politique, le réformisme radical.

Gorz’s Reform and Revolution was published in 1969, and it taught me to mistrust the « all or nothing » of the mythical Big Day when the relations of production would be changed all at once (which wasn’t an easy lesson, in the exaltation following 1968). I learned there was an enormous range of possible transformations inside capitalism, as we would demonstrate with the research program of the Regulation School. As a politician, I have always upheld this radical reformism.

Réunissant les travaux de deux artistes, Clarisse Hahn et Florence Lazar, cette Icône se propose de produire un écart sur la conception du temps. Il s’agit ici de publier des travaux qui se trouvent à la frontière des registres, « images témoins » et interprétations, documents et montages, images analytiques ou sensibles, à chaque fois, […]

Extrait Florence Lazar. Illuminations De son côté, Florence Lazar nous invite à un autre voyage dans le temps, où le sauvetage d’une bibliothèque et de son propriétaire se joue en deux dimensions avec une vidéo et une série photographique autour du thème « du jeune militant ». Impossible de ne pas faire le lien avec […]

Les mouvements sociaux actuels,
de la Puerta del Sol à Occupy
Wall Street, doivent être réinscrits
dans l’évolution à long terme des
formes de contestation du capitalisme.
Alors que le capitalisme a
cherché à fixer le pauvre sur place,
l’opéraïsme a mis en lumière une
autre forme d’accumulation primitive,
paradoxalement liée à l’auto-
mobilité des travailleurs, puis
aujourd’hui à la pollinisation.

From Movements to Politics

The current social movements,
from the Puerta del Sol all the
way to Occupy Wall Street, must be
reconsidered within the long term
evolution of the opposition to capitalism.
While capitalism attempted
to anchor the poor in its most
profitable location, operaist thinkers
showed another form of primitive
accumulation, based on
the auto-mobility of workers, and
today to pollination.

Face aux transformations sociales majeures actuelles, il y a besoin d’une réflexion prospective à même d’éclairer le temps présent par une analyse qui soit également rétrospective et introspective. Le degré d’incertitude et la phase critique – si richement possibiliste – qui caractérisent actuellement le monde arabe, le Maroc compris, font que les sciences dites « […]

Cher(e) Occupier, Depuis longtemps, j’ai envie de t’écrire, mais j’ai voulu attendre de voir comment les choses se développent. Tout d’abord, je me présente. Fils d’immigrés qui ont réalisé le rêve américain, ceci est une lettre de démission de ce rêveTu as joué le jeu : « si on travaille dur, si on fait nos […]

Interview par Anne QuerrienMultitudes : Vous venez de publier un livre intitulé La grande transformation du capitalisme japonais. Votre titre évoque celui de l’ouvrage de Polanyi, et la mutation des rapports entre économie et société en laquelle a consisté l’émergence du capitalisme. Mais cette soumission de la société au capital est-elle encore de mise après […]

Fictions, mythes et hallucinationsStorytelling et autres histoires à consommer debout : les fictions du capital semblent se caractériser par une forclusion du fond nocturne de l’imagination. Testant sur ce point l’idéalisme allemand, j’appelle imagination crépusculaire ce qui préside à la formation des mondes, aux créations mythologiques comme aux œuvres cinématographiques. Si les fictions du capital savent exploiter certains effets de cette imagination, elles ne sont pas en mesure d’en libérer la charge – qu’il nous revient d’endosser, esthétiquement et politiquement, au nom d’une économie psychique de la contribution imaginative laissant une place à la passivité comme au sans-image.

Imagination at Dusk

Fictions, Myths and Hallucinations

Storytelling and other unbelievable stories: the fictions of capital seem to be characterized by a foreclosure of the dark essence of imagination. Rebounding non German idealism, I call twilight imagination that which governs the formation of worlds, mythological creations and cinematographic
works. If the fictions of the capital know how to exploit some of the effects of imagination, they are not able to release its load. e have to aesthetically and politically take responsibility for this load in the name of a psychic economy of imaginative contribution leaving a place to passivity and darkness.

Les ONG ne sont-elles pas de meilleurs inoculateurs des normes globales que les États-nations ? Leurs modes d’intervention garantissent-ils à ces normes le caractère démocratique qu’elles affichent ? L’exemple d’une entreprise sociale dans le domaine de la santé au Bengladesh montre une forte tendance à réinstaurer une hiérarchie entre personnes secourues et professionnels. En Ouzbékistan post-socialiste l’importation de la démocratie qui avait séduit les élites dans un premier temps n’a pas empêché l’instauration de la dictature. En Chine les ONG enregistrées par l’État se saisissent des problèmes difficiles en utilisant des travailleurs sociaux formés dans les Universités. Un travail social bénévole est un bon point pour obtenir un emploi. Il y a aussi des ONG d’environnement en conflit avec le gouvernement à l’échelon local. Les ONG de genre émergent. Les ONG hésitent entre participation et dissidence, permise par Internet. L’État essaie de les intégrer dans une sorte de Care d’État.

NGOs as Tools of Global Government

Are NGOs not better inoculators of global norms than Nation-states? Do their means of action guarantee these norms the democratic character they claim to stand for? The example of a social company working in the health field in Bangladesh shows a strong tendency to reestablish a hierarchy between assisted people and professionals. In post-socialist Uzbekistan, the introduction of democracy that drew the elites at first was unable to prevent the establishment of a dictatorship. In China, state registered NGOs address difficult problems, using social workers training in the Universities. Volunteer social work is a plus when applying for a job. There are also environmental NGOs in conflict with the government on the local level. Gender NGOs are emerging. NGOs hesitate between participation and dissidence, made possible by the Internet. The State is attempting to integrate them into a sort of State Care.

Le Mouvement du 15 Mai, rassemblé environ un mois sur la Puerta del Sol de Madrid autour du chant No nos moveran (repris des combats des républicains espagnols de 1936), s’inscrit dans un vent de révolte qui agite depuis de nombreux mois tout l’espace méditerranéen. Des rues de Sidi Bouzid aux villes de Syrie, en passant […]

Les gesticulations qui, avant chaque échéance électorale, traversent les différents segments de la gauche pour élaborer un programme économique sont le symptôme persistant d’une pensée qui patine. Au lieu de théories économiques, cet article propose une tactique politique : imposer au parti socialiste, par des négociations préalables, de devoir s’engager sur des mesures à la fois écologiques et sociales.

Preliminary Remarks to Any Credible Economic Program
The agitations surrounding the task of devising an economic program tend to paralyze the Left. Instead of economic theories, this article formulates a political tactic: it advocates imposing to the Socialist Party, through negotiations of electoral support, measures which would push it simultaneously towards greener and more social positions.

Cet article reproduit un extrait du livre La Clé de la crise (1985) dans lequel René Montgranier expose de façon précise et chiffrée les implications d’une taxe sur tous les mouvements de fonds. Il évoque les objections qu’on peut faire à une telle proposition et s’efforce de les réfuter une à une.

A Proposal for a Tax on All Financial Transactions
This article is an excerpt of René Montgranier’s book La Clé de la crise (1985) in which the author analyses the quantified and practical implications of introducing a tax on all financial transactions. He mentions possible objections and attempts to refute them one by one.

Le défi auquel fait face une organisation comme le Nouveau Parti Anticapitaliste est d’inventer de nouvelles formes d’intelligence collective où il n’y ait plus ceux/celles qui savent et celles/ ceux qui se taisent. La question de la participation de femmes voilées offre un cas exemplaire de la modulation des attachements et des détachements avec lesquels doivent savoir expérimenter les nouvelles formes d’agir-ensemble.

Learning Communism

The major challenge faced by an organization like the New Anticapitalist Party (NPA) consists in inventing new forms of collective intelligence, breaking with the opposition between those who know/ speak and those who mainly listen. The question of the participation of women wearing an “Islamic veil” provides an exemplary case of the modulation between attachments and detachments, with which new forms of collective action must learn to experiment.

Penser les métropoles brésiliennes s’inscrit dans la nouvelle relation du Brésil avec le monde et la crise du développement. Mike Davis dénonce une «brésilianisation» du monde alors que les favelas constituent à l’inverse la puissance dynamique de la refondation vers un devenir-ville des favelas et un devenir-favela des métropoles.

Becoming Cities of the Favelas

Brazilian cities are involves in new relationship between Brazil and the world, and a double crisis from the future and development. This crisis of globalization is name “Brazilianization” by Mike Davis. For us, the favelas are on the contrary the dynamic powerful of metropolitan development with the becoming-slum of the cities and the becoming-city of the slums.

La Convention internationale sur la biodiversité (1992) a institué des droits de propriété privée sur la nature sauvage pour la protéger. Les accords fondant l’OMC (1994) demandent le respect des brevets sur les composants génétiques des plantes et des animaux. Ces composants génétiques sont analysés d’abord dans les pays anciennement colonisateurs détenteurs d’échantillons alors que l’usage quotidien des mêmes plantes ou animaux n’est pas reconnue comme une connaissance génétique. Les nouveaux droits de propriété intellectuelle sont sources de conflits et de négociations entre entreprises et « indigènes ». La proposition d’instituer un patrimoine génétique commun global qui serait servi par chacun localement cherche à contrecarrer la privatisation de la nature en faisant tomber ses éléments dans le domaine public. Mais il faudrait surtout que chacun apprenne qu’il est partie intégrante de la nature et cesse de vouloir en avoir la maîtrise.

The intellectual property rights on “nature”

The Convention on Biodiversity (1992) instituted property rights on nature in order to protect it. The agreement promoted by the WTO about Intellectual Property (1994) called for the enforcement of patents on genetic components in plants and animals. Such components are isolated in the ex-colonising countries on the basis of samples, while the daily use of these plants and animals in the ex-colonized countries has no legal status. The new rights in intellectual property generate conflicts and negotiations between corporations and indigenous communities. The proposal for instituting global genetic Commons, under the stewardship of local communities, resists against the privatization of nature, but the first step would consist in learning to see ourselves as parts of nature, rather than as its masters.

Flopenhague ! Une artiste comique a eu cette jolie trouvaille verbale pour qualifier le ronflant sommet de décembre qu’on aurait mieux fait de tenir sur pilotis dans l’Océan Indien aux Maldives ou dans un désert africain d’ores et déjà brûlant plutôt que dans les brumes glaciales du Danemark. Tous ceux qui pariaient sur des résultats […]

Un psychiatre militaire américain fait feu sur quatorze soldats et les tue. Avant c’était des collégiens. Des ingénieurs, techniciens et commerciaux de France Télécom se suicident en série. Des agents du ministère de l’Écologie, d’autres administrations, des salariés d’autres entreprises aussi. La directrice de la Protection judiciaire de la jeunesse de Paris l’a tenté. Chaque […]

Les dispositifs de la sousveillance contemporaine fonctionnent comme des systèmes automatisés de production individualisée de fictions. Soit une nouvelle forme de contrôle toute pleine de bien-être, qui sonne comme l’écho des intuitions du film Minority Report et des nouvelles les plus joliment paranoïaques de Philip K. Dick. Opposant fiction contre fiction, l’auteur développe l’idée que face à ces nouvelles fictions de sécurité et de consommation à vocation normative qui nous habitent sur un mode hypnotique, il convient de créer des contre-fictions, des créations à même de troubler ce jeu de mise au pas normative de notre à-venir.

Hypnosis to Come, or: How to Use Sci-Fi Fables to Undo the Traps of Underveillance

Techniques of underveillance work as automated systems of individualized production of fictions. We are confronted with a new form control, watching for a well-being perfectly adjusted to the intuitions displayed in Minority Report and in Philip K. Dick’s most delightfully paranoid tales. Playing fiction against fiction, this article analyses how these new tales of security and consumption haunt us in a hypnotic mode. It calls for counter-fictions, in order to inject trouble into this normative alignment of our future.

Pour une taxation de tous les flux financiers et monétaires Ainsi c’est décidé : la France fera de la taxe carbone. Ne peuvent que s’en réjouir ceux qui, comme moi ou Jérôme Gleizes[1], se sont opposés fortement aux écologistes partisans du marché des droits de polluer (Laurence Tubiana ou Alain Lipietz) en prédisant que ce quasi-marché cumulait […]