Accueil » Les numéros » 57. Multitudes 57. Automne 2014

57. Multitudes 57. Automne 2014

cinquième cahier - Valeurs montantes

Les prix des marchandises, des tableaux et des signatures augmentent ou baissent, mais les enquêtes sensorielles ou conceptuelles porteuses de valuation artistique nous poussent toujours vers le haut. C’est dans les expérimentations esthétiques d’aujourd’hui qu’il faut aller chercher les valeurs montantes de demain. Dans les écoles d’art, les mutations numériques, la poièsis du présent et les livres à venir.

deuxième cahier - Valeurs marchandes, valeurs artistiques

La valeur artistique ne se réduit certainement pas à ses appropriations marchandes. Mais la fabrication d’expériences esthétiques n’en reste pas moins traversée et agitée en tout point par les remous et pressions des valorisations monétaires. Comment faire voguer des pratiques créatives sur ces bouillonnements ? Comment réinscrire les tempêtes des modes éphémères dans l’émergence progressive de valeurs esthétiques nouvelles ? Comment valoriser une oeuvre en s’appuyant sur sa disparition ?

Le Wall Street de nos désirs et de nos désillusions Une poésie comptable, par

Le Wall Street de nos désirs et de nos désillusions
Une poésie comptable
Tant que l’art fera partie du luxe, c’est-à-dire tant qu’il organisera sa rareté par l’effet de sa spéculation intellectuelle, il vivra une croissance infinie. Pour cela, il ne faut pas qu’il y ait d’inflation, c’est-à-dire qu’il faut respecter un certain numerus clausus d’artistes et d’œuvres. Le Wall Street de nos désirs et nos désillusions, c’est justement l’organisation de cette inflation, c’est – dans la continuité de Beuys – affirmer que chacun d’entre nous est capable d’être un artiste. Nous allons bombarder le réel qui nous est fait de tous les réels qui vivent logés en nous pour en faire Le Wall Street de nos désirs et de nos désillusions, une bourse de nos valeurs inscrites dans une symbolique, jouée à la hausse et à la baisse dans un jeu qui va faire monter votre désir et donc armer une révolution dans le sens des saisons.

The Wall Street of our desires and disillusions
Accounting Poetry
As long as art belongs to luxury, organizing its scarcity through intellectual speculation, it will enjoy endless growth. Doing so requires to prevent inflation, to respect a certain numerus clausus of works and artists. The Wall Street of our Desires and Disillusions attempts to organize this inflation, calling for everyone to be an artist. We will bomb the reality made for us with all the realities that live within us, The Wall Street of our Desires and Disillusions will provide a stock exchange where our symbolic values, climbing and falling in turns, will raise your desires and arm a revolution.

premier cahier - L’affolement des évaluations

Tandis que les emballements boursiers gonflent ou siphonnent en quelques heures les valeurs financières, nos sociétés sont obsédées par la tyrannie tous azimuts de l’évaluation. Devoir mesurer la valeur des intangibles est le défi absurde mais incontournable de notre époque. Cela requiert de détourner le regard loin de nos indicateurs économiques obsolètes, pour esquisser le champ d’une « iconomie » et pour s’inspirer des processus de valuation développés dans les pratiques artistiques.

L’intangible et l’inestimable Les biens immatériels, le marché et le sans prix, par

L’intangible et l’inestimable
Les biens immatériels,
le marché et le sans prix
Tandis que les biens matériels sont relativement aisés à évaluer parce qu’ils sont tangibles et quantifiables, les biens immatériels (ou « intangibles ») demandent une méthode plus complexe d’évaluation. Ainsi en va-t-il des savoirs, des services, des productions de l’esprit et de la culture en général. Il existe en effet un marché de tels biens et cela depuis qu’il existe des échanges marchands. Trois opérations le permettent : l’évaluation par unités mesure, le formatage des activités, l’échange ou le partage de ces biens. Mais au-delà de ces biens immatériels évaluables sur un marché, il y a des biens ou plutôt des valeurs qui ne le sont pas et ne le seront jamais ; ils ont rapport au talent, au don, à la confiance, à la dignité – bref à l’inestimable.

The Intangible and the Priceless
Immaterial Goods, Market and the Beyond-Pricing
Whereas the value of physical goods is relatively easy to assess, because they are tangible and quantifiable, intangible goods require a more complex mode of assessment. This is the case of forms of knowledge, services, intellectual products, and culture in general. There is a market for such goods, one as old as are commercial exchanges. Three operations make this possible: assessment through the use of units of measurement, the formatting of activities, and the exchange or sharing of the goods involved. Yet, beyond those intangible goods whose valued can be assessed in a marketplace, there are other goods−or rather values−that can never be assessed. They have to do with talent, giving, trust, dignity−that which is priceless.

quatrième cahier - Valeurs croisées

Loin de vouloir « refonder » les valeurs, selon la vieille rengaine inlassablement moraliste, le défi des pratiques artistiques est peut-être d’apprendre à les croiser différemment, comme des routes divagantes ou comme des races impures. Chaque pratique artistique est un ovni, objet valuateur non-identifié, au point de rencontre entre l’inertie des musées et les mouvements de rue, de Genève à la Chine en passant par Istanbul.

troisième cahier - Valorisations à recréer

Imprégné jusqu’à l’os par les compromissions les plus vénales, l’art est-il désormais dépourvu de toute ambition régénératrice ? Sous les ruines du marché continuent à pousser, obstinément, des soifs de création suscitant des modes alternatifs de valorisation : des désirs (et des désillusions), des amours, des sensibilités. Mais aussi des revendications et des projets : pour une architecture populaire, ou pour une échelle salariale équitable des prestations artistiques.

Multitudes en images

L’art brut est contemporainAntonio Gallego & José Maria GonzalezUn monde qu’on ne veut pas voirPrice Seth. OK, just send me the billDe Téhéran et d’IvryPost storyboard, d’après le film Touki Bouki de Djibril Mambety DiopMaking Do and Getting By