Archives par mot-clé : territoire

Virage vert (ne pas s’abstenir)

Cette multiplicité de changements à observer est passée en fin de période par des élections municipales. Les esprits chagrins ont constaté que l’abstention avait atteint un taux record, signe de la désaffection des citoyens pour leurs représentants politiques : 59 % le plus fort taux depuis l’avènement de la Cinquième République. Pourtant des vaguelettes innombrables ont dessiné […]

Saturations

J’ai observé les images aériennes des rues de nos villes privées de leurs habitants, telles d’étranges maquettes d’architectes baignées par le soleil de printemps. La ville semble à l’arrêt, elle fait une pause, comme pour reprendre son souffle. Telle une coquille vide, débarrassée de ses voitures et de ses habitants, dés-encombrée, elle respire. Outre l’assignation […]

Dans la famille des Novirus, nous renaissons sans cesse, en différents endroits, pour suivre la propagation des virus. Nous les écoutons faire leurs plans. Voici ce que nous avons entendu Covid 19 dire récemment : Je suis spatialité. Pour incarner l’étymologie de mon prénom, j’ai décidé d’inverser les positions, de me mettre dans la peau du virus, […]

Au début, j’ai trouvé que l’utilisation de l’anglicisme cluster pour nommer les foyers épidémiques du Covid 19 relevait d’une véritable usurpation d’identité. Le concept de cluster vient du champ de l’économie. Il a été inventé par l’économiste anglais Alfred Marshall à la fin du XIXe siècle pour désigner une forme d’organisation des entreprises distincte de l’organisation […]

Et si la pandémie nous transformait toutes et tous en zombies ? Au premier degré, je me dis : en zombies, car malades à mourir, frappés par le virus que mon nom de famille rejette (Novirus !). Mais au second degré, je m’interroge : et si, face à la peur du Covid 19 et à la danse des morts que […]

Clichés

L’image du Covid 19 – petites taches orangées accrochées à des cils de cellules bleus sur un fond gris – renvoie à un imaginaire de peinture abstraite ou d’effets spéciaux : final halluciné de 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968), ou plongée psychédélique dans l’explosion atomique de Twin Peaks : The Return de David Lynch (2017). À moins que […]

Chasseurs de virus

Le 9 avril, un jeune Yanomami meurt du Covid 19 dans l’État de Roraima. Cette mort ravive une douleur profondément ancrée dans la mémoire et dans les corps des Yanomami : les épidémies liées aux projets de colonisation puis de modernisation du Brésil. Dans La Chute du Ciel, le chaman yanomami Davi Kopenawa raconte à l’anthropologue Bruce Albert […]

En ces temps de pandémie, certains pays poursuivent tranquillement leur voie dictatoriale, enfermant leur population depuis des lustres – Turkménistan, Corée du Nord, etc. – et surenchérissant sur la clôture par souci extrême d’empêcher le virus de pénétrer sur leur territoire national. D’autres, comme la Birmanie, interdisent toute information et répriment journalistes et réseaux sociaux. En Inde, où […]

Rêvons un peu : et si la pandémie bousculait le vieux rapport de dépendance des territoires, villes et régions vis-à-vis de l’État ? Le virus a d’abord révélé dans la plupart des localités d’inattendues capacités créatives et d’auto-organisation ; dans l’urgence, une multitude d’acteurs, habitants, maires et autres politiques, associations, PME, agissent dans et sur leur territoire pour […]

Oiseaux et drones

À chacun son écoute et les oiseaux pour tous. C’est au moment où des drones se mettent à parler dans la rue qu’on s’émeut de la présence accrue des chants d’oiseaux dans la ville. Chantent-ils plus fort ? Les écoutons-nous plus quand nous sommes confinés ? Hypothèses : D’abord, les oiseaux chantent plus fort parce qu’ils ne s’adressent […]

Les quartiers populaires ont été comme d’habitude la cible privilégiée du discours guerrier et infantilisant de l’exécutif, ainsi que de ses pratiques sécuritaires. Qui peut-on mieux cibler que les habitants des quartiers populaires, quand on veut montrer que l’État est vraiment nécessaire parce qu’il y a des gens soupçonnés de « « ne pas faire les choses […]

En nous confrontant au risque immédiat de la mort, le Covid 19 a remis l’église de la vie au milieu du village planétaire, reléguant le culte du profit au statut secondaire qu’il aurait toujours dû garder. En ce sens, le Covid 19 a fait triompher en quelques semaines le slogan que s’époumonaient à répéter des générations d’altermondialistes : […]

Mon prénom s’écrivait jadis Chôra (χώρα). Je renais sans cesse, en différents lieux, parce que je suis le terreau d’où émergent les différentes formes de vie, le territoire antérieur à toute enclosure, le commun dont chacune de nous est une émanation, la commune dans laquelle chaque volonté rêve de se reconnaître. Une philosophe contemporaine dit […]

Que démontre « la suspension mondiale de l’activité » opérée au printemps 2020 pour contenir la contagion du Covid 19 ? Que d’autres logiques peuvent diriger l’économie que la course à la maximisation de l’accumulation du capital et à toujours plus de dividendes et de profits. Pour assurer – « quoi qu’il en coûte » – la santé et la survie des populations, […]

Associations

J’ai été frappée par les files interminables devant les distributions alimentaires. Les populations de certains territoires, de banlieue parisienne en particulier, ont été surexposées à cette crise, une fois de plus, et vont l’être encore dans la crise économique qui va suivre. Les pouvoirs publics, dépassés par les événements, ont du s’en remettre à la […]

Peut-on voir le Covid 19 comme une alerte face aux six grandes pathologies qu’affrontent les sociétés contemporaines ? Comme toutes les pathologies, elles peuvent être prévenues sinon complètement contrecarrées par des ensembles de gestes adaptés. Il y a d’ailleurs plusieurs écoles pour nous offrir des programmes de gymnastique mentale, ou de prophylaxie sociale, sans oublier ce qui […]

Le mot « confinement » est peu politiquement correct, tant il renvoie lexicalement à la cellule d’isolement et à la prison. Les autorités sanitaires anglo-saxonnes se sont donc munies de l’euphémisme social distancing, que la francophonie traduit par « distanciation sociale ». L’avantage lexical que représente la distanciation, c’est qu’elle se dit à la voie active : c’est quelque chose […]

Incendies

Un ami parisien m’a raconté être allé passer le confinement dans la maison de famille où il va régulièrement passer ses vacances, depuis des décennies, en Lozère. En y arrivant, il s’est aperçu avoir été contaminé par le coronavirus. Après quelques jours de calvaire, il s’en est remis sans séquelle, et a passé le reste […]

Abécédaire des bifurcations par Cora Novirus

Je suis une autre, je suis avec. Née à Bologne en 1977 pour répondre à ceux qui ex-communisaient des chiens errants (cani sciolti), les animateurs de Radio Alice, et traitaient de « pestiférés » les foules de mars, j’ai étudié quelquefois dans des universités en chaos aux jolis mois de mai. J’ai lu souvent dans les reflux […]

The Undercommons : extraits
Cet article propose une sélection de bonnes feuilles du livre de 2013 The Undercommons, actuellement en voie de traduction pour une publication française en 2021. Y sont abordés les thèmes de la politique « encerclée » (surrounded), de la gouvernance, du planning et de la policy, de la logistique, ainsi que de ce qui fait de l’étude consacrée aux undercommons une philosophie du toucher.

Excerpts from the Undercommons
This article selects passages from Harney and Moten’s book The Undercommons (2013), focusing on issues related to politics surrounded, governance, planning and policy, logistics, and hapticality, whereby the authors put feeling and touching at the core of their philosophical gesture.

Trajectoires de relocation du cinéma

Trajectoires de relocation du cinéma
La notion de « relocation » désigne le déplacement historique du visionnage cinématographique vers des milieux et des objets nouveaux. Qu’il s’agisse de regarder une œuvre cinématographique sur une tablette dans un train ou bien d’assister à un match de foot dans la salle domestique d’un home théâtre, la dispersion de l’expérience cinématographique, en cours depuis longtemps, est significativement accélérée par les nouveaux media.

Trajectories of Cinematic Relocation
The notion of “relocation” defines the historical displacement of movie screening practice towards new environments and objects. We could think of a movie watched on our tablet on a train or to a football match watched in a home theatre replicating a cinema venue. The relocation of the cinematic experience, started several decades ago, has been greatly accelerated by new media.

Lire en ligne
Media sans audience

Media sans audience
Cet article datant de l’an 2000 proposait un survol visionnaire de la façon dont des media alors émergeants aux débuts de l’internet questionnaient la prémisse identifiant le succès d’un média avec la maximisation chiffrée de son audience. L’auteur passe en revue des « media intimes », des « media socialisés », des « media souverains » et des « media phatiques » pour dépasser les idées héritées du XXe siècle sur l’utilité et la qualité des mass-médias.

Media Without an Audience
This 2000 article provided a visionary overview of how the then-emerging digital media questioned the premise that a media’s success is based on maximizing its audience. The author reviews “intimate media”, “socialized media”, “sovereign media” and “phatic media”, in order to move beyond the ideas inherited from 20th century about the utility and quality of mass media.

Aujourd’hui, la question énergétique est dans toutes les bouches. Du matin au soir, journalistes, politiciens, ONG se gargarisent de « transition », « de plan de financement pour la troisième révolution industrielle », « d’électricité verte », de « Green New Deal ». Discours qui paraissent salutaires, mais qui servent la soupe quotidienne des grands groupes de l’énergie, dont l’avalanche de récits fait […]

Pour une culture critique de l’IA
L’intelligence artificielle est partout, l’air de rien, pour mieux nous contrôler et nous orienter en douceur. Faut-il se rebeller contre cet état de fait, qui s’impose à nos modes de vie sans la moindre délibération démocratique ? Est-il encore possible ou même souhaitable de jeter ces IA invisibles, voire indiscernables, à la poubelle du numérique ? Ne faudrait-il pas, avant de clamer l’urgence du « danger » qui vient, oser les connaître ? L’enjeu est de construire une culture critique de l’IA, qui associerait artistes, écrivains, chercheurs, ingénieurs, mathématiciens, logiciens, penseurs, philosophes, artisans et bien sûr citoyens dans une même dynamique de réflexion.

For a critical culture  of AI
Artificial intelligence is everywhere, discreetly, to better control and influence us smoothly. Should we rebel against this fact, which is imposed on our lifestyles without the slightest democratic deliberation? Is it still possible or even desirable to throw these invisible AIs, even indistinguishable, into the digital trash? Shouldn’t we, before claiming the urgency of the “danger” that comes, dare to know them? The challenge is to build a critical culture of AI, which would bring together artists, writers, researchers, engineers, mathematicians, logicians, thinkers, philosophers, craftsmen and of course citizens in the same dynamic of reflection.

Compétition symbolique entre  espèces
Animaux / Humains / IA
Comprendre le traitement médiatique, les discours de rêve ou de cauchemar qui accompagnent l’intelligence artificielle, suppose une analyse au prisme de la « triade animalité, humanité, machinité », à même de mettre à jour les projections ontologiques humaines à l’endroit des IA et de ce qui fait souvent figure de contraire dans notre imaginaire : les animaux. Le robot comme figure imaginaire y est un vecteur de dévoilement de l’implicite. Les fantasmes et craintes suscitées par les IA, si élevés et subtils puissent-ils paraître d’un point de vue de bipèdes supérieurs, ne sont peut-être « que » de malines réactions animales face à ce qu’on imagine être un prédateur. Il s’agit simplement d’identifier la menace, or bien souvent elle est humaine. Les humains ne sont-ils pas les meilleurs prédateurs pour eux-mêmes ? Et pour sortir de la métaphore de l’annihilation des humains par les robots, ne se comportent-ils pas envers les animaux de la même façon que ce qu’ils craignent et condamnent dans leur fantasme d’une machine aveugle, sans capacité de réflexion, d’éthique ou de sentiments ?

Symbolic competition between species
Animals / Humans / AI
Understanding the media treatment, the dream or nightmare speeches that accompany artificial intelligence, presupposes an analysis through the prism of the “triad animality, humanity, machinity”, capable of updating the human ontological projections towards the AI and what is often the opposite in our imagination: animals. The robot as an imaginary figure is a vector for the unveiling of the implicit. The AIs ​​fantasies and fears, however lofty and subtle they may seem from a superior bipedal point of view, are perhaps “only” clever animal reactions to what we imagine to be a predator. It’s just a matter of identifying the threat, but very often it’s human. Aren’t humans the best predators for themselves? And to get out of the metaphor of the annihilation of humans by robots, do they not behave towards animals in the same way as what they fear and condemn in their fantasy of a blind machine, without capacity for reflection, ethics or feelings?

Quand les arts détournent l’intelligence artificielle

Quand les arts détournent l’intelligence artificielle
Dans le sillage de Chris Marker ou de Grégory Chatonsky, de plus en plus d’artistes contemporains pratiquent la réappropriation, le détournement, l’usage critique de l’intelligence artificielle. Grand connaisseur des arts numériques, Fabien Zocco est l’un d’entre eux. Il est l’auteur, avec le réalisateur Gwendal Sartre, d’Attack The Sun, film dont des dialogues ont été générés par une IA au cours même du tournage qui suit la dérive d’un youtuber californien paraissant sombrer dans une folie de tuerie. L’enjeu : éprouver « de l’intérieur » des outils contemporains comme l’IA pour « escompter ensuite analyser et déconstruire leurs effets ».

When the arts hijack artificial intelligence
In the wake of Chris Marker or Grégory Chatonsky, more and more contemporary artists practice reappropriation, hijacking and critical use of artificial intelligence. A great connoisseur of digital arts, Fabien Zocco is one of them. He is the author, with the director Gwendal Sartre, of Attack The Sun, film whose dialogues were generated by an AI during the very shooting which follows the drift of a Californian youtuber seeming to sink into a madness of killing. The challenge: to experiment “inside” contemporary tools like AI to “then expect to analyze and deconstruct their effects”.

Zone de contact autour d’histoires d’objets mal acquis
L’association Alter Natives a voulu mobiliser autour des enjeux de la restitution d’objets africains des personnes peu enclines à fréquenter les musées qui les conservent. L’expérience se nomme Zone de contact/Objets d’ailleurs. Il s’agit pour des jeunes franciliens d’entrer dans les réserves des musées, de choisir certains objets d’origine non européenne, d’enquêter sur leur biographie pour savoir d’où ils viennent et d’être en mesure d’expliquer leur parcours au reste de la population. Dans ce projet de long terme, ancré sur des territoires divers, la restitution des objets mal acquis n’est donc pas le mobile principal. Ces actions permettent de tester des outils pour établir un autre type de rapport aux savoirs et développer une relation directe avec les populations dont sont issues ces objets, dans leurs pays d’origine, d’Afrique essentiellement.

Contact zone around stories of
ill-gotten objects
The Alter Natives association wanted to mobilize people who are reluctant to visit the museums that preserve them around the issues of the restitution of African objects. The experience is called Contact zone/Objects from elsewhere. It involves young people from the Ile-de-France region entering museum reserves, selecting objects of non-European origin, investigating their biography to find out where they come from and being able to explain their journey to the rest of the population. In this long-term project, anchored in various territories, the restitution of ill-gotten objects is therefore not the main motive. These actions make it possible to test tools to establish another type of relationship with knowledge and to develop a direct relationship with the populations from which these objects come, in their countries of origin, mainly in Africa.

Restituer = relier, habiter
La pensée cosmopolite de  Felwine  Sarr

Restituer = relier, habiter
La pensée cosmopolite de Felwine Sarr
On connaît Felwine Sarr pour la publication de son rapport sur les restitutions d’objets d’arts africains, codirigé avec Béatrice Savoy et paru en 2018. On connaît moins son œuvre poétique, fictionnelle et philosophique. Cet article entend resituer sa réflexion sur la restitution dans une pensée plus vaste sur la relation, où l’objet d’art est entendu comme un « passeur de cultures », ainsi que dans une pensée du lieu, éminemment locale et cosmopolite tout à la fois.
 
To restore = to connect, to live
Felwine Sarr’s cosmopolitan thinking
Felwine Sarr is known for the publication of his report on the restitution of African art objects, co-directed with Béatrice Savoy and published in 2018. His poetic, fictional and philosophical work is less well known. This article seeks to place his thinking on restitution within a broader reflection on the relationship, where the art object is understood as a “cultural courier” and in a thought of place, eminently local and cosmopolitan at the same time.

« Collectif initié en 2013 par deux artistes basés à Kinshasa, nous traversons le vertige des mondes1 ». Ainsi se présentent les Kongo Astronauts. L’équipe est fluctuante, compte entre deux et sept membres selon les besoins et les envies des uns et des autres. Aux commandes : Eléonore Hellio et Michel Ekeba. D’elle-même, Hellio écrit qu’elle « élargit les […]

Transformations énergétiques sous contrainte écologique forte
L’idée d’une « transition » énergétique, processus pilotable dans un monde relativement stable et anticipable, semble arriver à son terme. Même le GIEC en appelle désormais à des « transformations » énergétiques rapides et radicales. Toutefois, malgré la prise de conscience de l’urgence climatique et de la perte dramatique de biodiversité, qui s’actualise notamment dans une série de manifestations et de luttes, la question du climat est trop rarement articulée à la question de l’énergie. Dans cette Majeure, nous explorons ce que pourraient vouloir dire ces transformations énergétiques et partons à la recherche des bonnes échelles pour agir et des récits pertinents pour inspirer les collectifs.

Energy transformations under strong ecological constraint
The idea of an energy “transition”, a process that can be controlled in a relatively stable and predictable world, seems to be coming to an end. Even the IPCC now calls for fast and radical energy “transformations”. However, despite the awareness of the climatic urgency and the dramatic loss of biodiversity, which is actualized in particular in a series of demonstrations and struggles, the climate issue is too rarely linked to the issue of energy. In this Majeure, we explore what these energetic transformations could mean, as we look for the right scales to take action and narratives that are relevant to inspiring collectives.
Gordon Walker