Nécessités et limites des indignations

C’est chiffres en mains et masques
de clowns au visage qu’il faut rejeter
les politiques menées au nom
de l’austérité. Leur absurdité et
leur injustice sautent aux yeux
de qui sait compter, pour autant
qu’on aide à gratter sous la surface
des phrases toutes faites. Voici un
petit manuel pratique pour aider
l’indignation à prendre forme et à
demander raison.

Austerity ?
Let’s Assert Ourselves!
Let’s Tax them!

Politics of austerity must be rejected
with numbers in hands and
masks on our face. Their absurdity
and injustice appears as soon
as one scratches under the surface
of the hollow slogans which present
them as inescapable. Here’s a
brief hands-on manual on how to
help indignation take shape and
demand reasons.

Pathologies d’un mouvement L’article établit le récit du mouvement
d’occupation de la place
Syntagme à Athènes par les Indignés
grecs au printemps 2011
suite aux annonces de différents
plans d’austérité. Il décrit précisément
les motivations des
occupants, les différents publics
qui se rassemblent sur la place,
leur argumentation concernant
le refus des différentes mesures
économiques et la demande de
démocratie directe. Différentes
temporalités et espaces traversent
le mouvement : des rassemblements
massifs populaires
à son épuisement au printemps 2012, en raison notamment d’un
système politique peu favorable
aux manifestants. L’article tire
donc un bilan de cette action
politique éphémère.

Indignation in Athens – Pathologies of a Movement

This article describes the modalities
and motivations of the demonstrators who occupied the Syntagma
Square in Athens, in the Spring
of 2011. Various segments of the
population, with various temporalities,
spaces and agendas animated
the movement until its exhaustion,
in the Spring of 2012, in a political
context unfavorable to the demonstrators.
The article offers a precise
description as well as an analysis
of this short-lived political action.

Ethnographie de l’acampada

La politisation à marche forcée de la génération perdue

Cet article traite des campements
organisés par les Indignés espagnols
de mai à juin 2011. L’observation
ethnographique montre
que derrière l’hétérogénéité des
profils des campeurs se trouve
une dimension générationnelle
de cette mobilisation sans précédent
en Espagne. L’expérience
d’avoir participé aux campements
a été vécue par des nombreux
jeunes espagnols condamnés au
chômage comme un réveil politique,
un apprentissage accéléré
de savoirs et d’actions, notamment
ceux issus de la culture
autogestionnaire.

Ethnography of the acampada – Speedy Politisation for a Lost Generation

This article deals with the protest
camps organized by the Spanish
Indignados from May to June
2011. The ethnographic observation
shows that behind the heterogeneity
of the campers’ profiles,
there is a generational dimension
of this unprecedented mobilization
in Spain. The participation in the
protest camps has been experienced
by many young Spaniards condemned
to unemployment as a political
awakening, an accelerated learning
of knowledge and actions, particularly
those derived from the culture
of self-organization.

Le mouvement dit « M15 », parce
que né le 15 Mai 2011, continue
de se réunir régulièrement en
Espagne pour contester la politique
d’austérité du gouvernement
et essayer de créer de nouvelles
formes de vie. Ses origines
sont multiples mais il s’enracine
dans une opposition frontale,
toujours active et de plus
en plus nombreuse. Il s’emploie
à créer des formes de coopération
nouvelles.

They Don’t Represent Us!

The M15 movement, born on May
15 2011, continues to meet and to
create new forms of life and cooperation,
in various locations in Spain,
in order to fight against governmental
policies based on austerity. It has
multiple origins but it is rooted in a
frontal form of opposition, still active
and ever more numerous.

Des réseaux sociaux à l’occupation sur le terrain

L’auteur propose ici le produit
d’une ethnographie participante
de l’occupation de La Défense par
le collectif « Démocratie Réelle ».
Il présente des éléments chronologiques
et sociologiques et analyse
un certain nombre d’éléments
nécessaires pour comprendre la
viabilité de l’occupation, l’organisation,
la communication, la gestion
des forces de l’ordre. Il met
en perspective ces éléments et les
résultats de l’opération.

From Social Networks to Land Occupation

The author shares some results of an
ethnographic research concerning the
Occupation by the French “Indignés”
of the Parisian quarter of La Défense.
He sets out chronological and sociological
features, analyses some key
aspects of the movement, which help
understand and put in perspective its
viability, organization, police management,
information systems.