Comme un spectacle

Sur la littérature-monde

L’exigence narrative contemporaine est non pas celle du roman-monde, d’une World fiction, mais justement de la nécessité de mettre à bas la fausse perception d’une unité du monde. Donc, l’orientation n’est pas de passer de l’unité nationale à l’unité mondiale, mais de la certitude à l’incertain, du communautaire à l’angoisse fondatrice de l’individuation.

On World-Literature

What is expected from narratives today is not a World-fiction, but the need to debunk the false perception of world unity. The orientation is not to go from national unity to world-unity, but to go from certitude to the uncertain, from the communitarian to the anxiety which feeds individuation.

La fonction intermédiatrice du récitCet article s’appuie sur l’hypothèse qu’il est possible de « faire politique » (faire politique culturelle, faire politique sociale ou faire politique urbaine) par le bas, latéralement, à partir d’un maillage d’expériences et d’expérimentations. Dans ce cadre, le « récit » fonctionne comme un intercesseur ; il est susceptible de s’intercaler entre les expériences et de permettre le passage de l’une à l’autre. Cette « fabrique politique » n’opère pas sur le mode d’une montée en généralité des situations singulières, mais plutôt sur le mode de leur expansion transversale, par l’intermédiaire de leur mise en récit (politique).

Lateralizing Politics Storytelling as Intermediation

This article explores how (cultural, social, urban) politics can be performed from the “lateral” texturing of experiences and experimentation. Within such a frame, storytelling functions as an intermediation, investing the gaps between experiences and building bridges from one to another. This manufacturing of the political fabric does not rest on elevating singular situations to a higher level of generality, but rather on linking them through transversal expansions.

Comme une spectatrice

Un spectacle de Sophie Le Garroy est l’occasion d’une réflexion sur la production du sentiment du commun par les pratiques artistiques : le commesi qui est au coeur des dispositifs fictionnels constitue une voie d’accès privilégiée à la réalité du comme-un face à laquelle notre surexposition médiatique nous engourdit.

Common Show? Common Reality?

A show by Sophie Le Garroy triggers a reflection on the production of the feeling of commonality through artistic practices: the as-if on which fiction is rooted provides a particularly efficient access to the reality of our fundamental being-as-one, to which mediatic overexposure tends to blind us.

Faire scène en commun

Entretien avec Frank Vercruyssen & Nicole GenoveseCet entretien avec Frank Vercruyssen, du collectif Tg Stan, et avec Nicole Genovese, du collectif Le Foyer, essaie de comprendre comment pratiquer le théâtre ensemble, non seulement entre les acteurs, metteurs en scènes, techniciens et administrateurs des troupes concernées, mais aussi au sein de la relation plus large qui relie une représentation théâtrale à une figure d’auteur absent et à un public de spectateurs présents.

Common Staging

This interview with Frank Vercruyssen, of the Tg Stan collective, and with Nicole Genovese, of the Le Foyer collective, attempts to understand what is involved in a communal practice of theatre, not only between the actors, directors, technicians and administrators of a company, but also within the larger relation which brings together an (absent) author and a (live) public.

Le scénario du film Avatar peut se présenter comme une caricature de ce qu’on reproche aux théoriciens des multitudes : la foi en un spontanéisme naïf selon lequel l’agencement des singularités se ferait de façon immanente, sans besoin d’aucun travail d’organisation ou de médiation. Si le film représente bien un renversement idéologique d’une conception simpliste de l’agir politique des multitudes, son succès commercial suggère que de nouveaux modes de médiation sont à l’œuvre et demandent à être analysés de plus près.

Avatar: A Caricature of Multitude

The script of the movie Avatar reads like a caricature of a simplistic misunderstanding of the political theory of multitudes: a naïve faith in spontaneity, as if singularities could form a political movement without any work of organization and mediation. While the movie offers a typically ideological inversion of the political agency of the multitudes, its commercial success suggests that new modes of mediation are at work, which beg for sharper analyses.