Accueil » Les numéros » 44. Multitudes 44, printemps 2011

44. Multitudes 44, printemps 2011

Majeure 44. Drogues : Loi, Réduction des risques

Réduction des risques et transformation sociale, par

Une interview de Patrick BeauveriePatrick Beauverie, membre avec Anne Coppel de l’équipe de la clinique Libertés à Bagneux, retrace l’histoire de la Réduction des risques au travers de son expérience de Médecins du Monde et ouvre des perspectives : il constate l’importance de la prise en considération des mutations sociales dans l’émergence d’une pratique à risque chez les personnes les plus vulnérables, compte tenu de leur trajectoire et de leur place dans la société. En résumé pour lui et les équipes de Médecins du Monde, il s’agit de témoigner et de respecter l’identité des personnes et afficher les valeurs de l’association, malgré un environnement politique hostile. Résister, faire preuve de pédagogie et remettre au centre du débat le sujet plus que l’objet, c’est-à-dire l’homme plus que la drogue.

Reduction of Risks. Health and humanitarian Contribution to the social change

Patrick Beauverie, member, with Anne Coppel, of the team’s clinic Liberté in Bagneux, tells the history of Reduction of Risks through the experience of Medecins du Monde and gives perspectives: he notes the importance of taking in consideration the social transformations in the emergence of a risky practice among the people most vulnerable, in relasionship with their trajectories and their place in the society. In summary, for him and Médecins du Monde, he wants to testify and respect the identity of people and support
the values of the association, in a hostile political environment.

Changer de lunettes pour lire le cas afghan, par

Responsable de la mission Réduction des risques de MDM à Kaboul il décrypte le cas afghan fournissant une analyse forte, une clé de compréhension et des pistes de réflexion. Dans un État afghan délégitimé, gangrené, au plus haut niveau, par le trafic de drogues, une économie légale ne reposant que sur l’aide internationale et une économie illégale mais bien réelle, celle de la drogue, obèrent toute possibilité de reconstruction, de paix et de développement. Pour lui et son équipe à Kaboul la Réduction des risques ne se
résume pas uniquement à une approche médicale, psychologique et sociale, soucieuse du respect des droits de l’homme, mais constitue plus largement une sorte de cheval de Troie permettant de bousculer les catégories du débat sur les enjeux de la lutte anti-drogue et de « la Réduction des Risques mondiale ».

New Glasses to read the Afghan Case.

Mission Manager for the Reduction of Risk of MDM in Kabul, Olivier Maguet decrypts the Afghan case proposing an analysis, a key to understanding and some clues for thinking. In a delegitimized state, corrupted at the highest level by the drug traffic, and illegal economy, but so real, the economy of drugs, cut off any possibility of reconstruction, peace and development. For him and his team in Kabul, the Reduction of Risk is more than just a medical approach, psychological and social conscious respect for human rights, is like the Trojan horse, which make possible to shake up the categories of debate concidering the issues of anti-drug fight and “global Reduction of Risk”.

Mineure 44. Hybrid'actions

Regards sur des pratiques hybrides L’objet de cette mineure, formes hybrides des pratiques artistiques, n’est pas simple, car le propre de l’hybride est d’échapper aux classifications, de surgir dans ces zones d’ombre, de trouble, de flou et ainsi de bouleverser l’ordre du monde tel qu’il est imparti. L’objet de cette mineure ne se laisse donc pas cerner, il se rebiffe, ne se laisse pas attraper, circonscrire par l’écrit, raison pour laquelle, chaque auteur qui a participé à sa rédaction a eu la témérité de faire surgir un angle de vue singulier, curieux, parfois assez hétérogène vis-à-vis des autres, mais toujours dans un état d’esprit : celui de travailler à la limite. Le propre de l’hybride est aussi de faire surgir du lien entre des choses contradictoires, différentes, étrangères les unes aux autres. Il crée un nouveau mode d’apparition : cela peut être des êtres, des pratiques, du monde. Il nous force à nous approcher de l’idée d’étrangeté à nous-même et nous conduit sur les territoires du mélange, du trouble, voir de ce qui ne trouve pas de clarté. Il sème l’obscurité, la pagaille, la surprise. En tout cas il suscite l’intérêt. Il nous ramène ainsi à nous questionner sur la puissance de l’expérience. De ce qui nous échappe. Et qui pourtant nous hante. Nous espérons, tous ensemble, Frédéric Bisson, Ariel Kyrou, Marcos Martins, Barbara Szaniecki, Victor Secretan, Barbara Formis, Lucia Sagradini, dans la singularité de nos expériences, et la communauté de notre proposition de vous donner envie d’attaquer cette question ouverte.

Multitudes en images

Les collectifs invitésEntretien avec Gaëtane Lamarche-VadelOù allons-nous vivre maintenant ?Echelle inconnuePost storyboard, d’après le film Touki Bouki de Djibril Mambety DiopProjet collectif - Cartografia InsurgenteJoseph Yosef Dadoune .رخالا / רחאה