Accueil » Les numéros » 47. Multitudes 47, hiver 2011

47. Multitudes 47, hiver 2011

Hors-champ 47. La métamorphose du cercueil

La métamorphose du cercueil, par

Les premiers articles de Thierry Secretan consacrés aux cercueils figuratifs du Ghana remontent à 1988 (Sunday Telegraph, GEO, Life). À travers ces articles, un film documentaire puis un livre (Il fait sombre va t’en, édition Hazan, 1994, Going into Darkness, Thames&Hudson, 1995), il a révélé au monde occidental
cet art funéraire né à la fin des années 1950 au Ghana et en a établi les origines.

En 1999, Erimore, retraitée écossaise, vit deux de ces cercueils ghanéens,
une Mercedes et une pirogue, disposés sur le plateau d’une émission de télévision anglaise. Ils appartenaient à une entreprise de pompes funèbres
de Bristol à laquelle Erimore passa aussitôt commande : son cercueil serait une réplique de l’avion utilisé par les Red Arrows, la patrouille d’Angleterre. Le cercueil d’Erimore, reproduit dans toute la presse britannique fit des émules et à ce jour une douzaine de citoyens anglais ont passé commande.

L’adoption d’une coutume africaine par des Européens est en soi un fait culturel rare. Dès lors Thierry Secretan a décidé de rencontrer ces Anglais, de les interroger, puis de les photographier auprès de leur cercueil, essayant de comprendre comment ils tentent de donner un sens à leur mort.

The metamorphosis of the coffin

The first articles by Thierry Secretan concerning the figurative coffins
from Ghana appeared in 1989 in The Sunday Telegraph, GEO and Life, introducing the western world to this funeral art. Later Thierry Secretan’s documentary film and his book (Il fait sombre va t’en, Hazan, 1994, Going into Darkness, Thames & Hudson Ltd, 1995) revealed under which circumstances this art was born in Ghana at the end of the 1950’s.

In 1999, Erimore, a Scottish lady, saw two of these coffins on a British TV show. They belonged to a Bristol funeral parlour to which Erimore placed an order: her coffin would take the shape of the fighter plane used by the Red arrows, the national air team. Erimores’s coffin widely advertised in the British press provoked more orders throughout the United Kingdom.

Europeans borrowing an African custom is a rare phenomenon. Thierry Secretan decided to meet these customers, to photograph them next to their coffin and to interview them about their motivations.

Majeure 47. ONG, Monde, genre

ONG, monde, genre Le mur de Berlin a disparu, les dictatures tombent, la démocratie s’installe, les femmes se libèrent : les ONG pensent global et réalisent local, partout la norme occidentale s’installe, contredite par ses propres réalisations.

Les ONG mexicaines de genre, par

Après deux décennies de globalisation politique, normative et économique, les pratiques des ONG mexicaines, ont connu un mouvement centripète puis un retour centrifuge sur le local, presque obligé. Leur projection dans des enjeux planétaires n’est pas contestable vu le nombre de militant-e-s qui ont participé aux conférences onusiennes pivotales du Caire (1994) et de Pékin (1995). Cependant elle a été suivie d’un «retour» au local brutal pour des dizaines, voire centaines d’organisations qui ont vu se tarirent la masse de grants des fondations étasuniennes et de l’USAID. Pour les grandes ONG de la capitale, il a été possible de dégager 20 à 25 % des revenus de services payants et de donner ainsi des gages de «bonne conduite» économique aux bailleurs philanthropiques. Pour l’immense majorité des ONG du pays qui participèrent à ce mouvement, le repli sur des situations précaires de sous-traitances n’a fait qu’ancrer toujours plus les militant-e-s dans les jeux politiques partisans locaux et les ont d’autant plus éloignées de l’idéal de gouvernance démocratique nord-américaine.

Mexican Gender NGOs

Following two decades of political, normative and economic globalization, the practices of Mexican NGOs went through a period of centripetal and then, almost against their will, back to centrifugal, local-centered, movement. Their role in planetary issues is undeniable, considering the number of activists who took part in the pivotal UN conferences in Cairo (1994) and Beijing (1995). But this was followed by a “return” to local affairs that was brutal for tens, or even hundreds of organizations who saw the bulk of the grants they received from American foundations and USAID dwindle. The larger NGOs, based in the capital, were able to draw 20 to 25% income from paid services and therefore give their philanthropic donors proof of “good economic behavior”. For the overwhelming majority of the country’s NGOs drawn into this movement, having to go back to precarious sub-contracting situations anchored the activists ever more in local partisan political games, and brought them even further away from the North American ideal of democratic government.

Les ONG, outils de gouvernance global, par

Les ONG ne sont-elles pas de meilleurs inoculateurs des normes globales que les États-nations ? Leurs modes d’intervention garantissent-ils à ces normes le caractère démocratique qu’elles affichent ? L’exemple d’une entreprise sociale dans le domaine de la santé au Bengladesh montre une forte tendance à réinstaurer une hiérarchie entre personnes secourues et professionnels. En Ouzbékistan post-socialiste l’importation de la démocratie qui avait séduit les élites dans un premier temps n’a pas empêché l’instauration de la dictature. En Chine les ONG enregistrées par l’État se saisissent des problèmes difficiles en utilisant des travailleurs sociaux formés dans les Universités. Un travail social bénévole est un bon point pour obtenir un emploi. Il y a aussi des ONG d’environnement en conflit avec le gouvernement à l’échelon local. Les ONG de genre émergent. Les ONG hésitent entre participation et dissidence, permise par Internet. L’État essaie de les intégrer dans une sorte de Care d’État.

NGOs as Tools of Global Government

Are NGOs not better inoculators of global norms than Nation-states? Do their means of action guarantee these norms the democratic character they claim to stand for? The example of a social company working in the health field in Bangladesh shows a strong tendency to reestablish a hierarchy between assisted people and professionals. In post-socialist Uzbekistan, the introduction of democracy that drew the elites at first was unable to prevent the establishment of a dictatorship. In China, state registered NGOs address difficult problems, using social workers training in the Universities. Volunteer social work is a plus when applying for a job. There are also environmental NGOs in conflict with the government on the local level. Gender NGOs are emerging. NGOs hesitate between participation and dissidence, made possible by the Internet. The State is attempting to integrate them into a sort of State Care.

Mineure 47. Prométhée contre Areva

Le feu donné par Prométhée ne se résume pas à l’énergie et au travail. Sa nouvelle libération éclate en hybridations littéraires, artistiques, philosophiques, hors mesure.

Le double obscur de Prométhée, par

Le mythe d’Arachné, tel que le raconte Ovide, présente la potentialité de la vie comme inséparable du mouvement de la métamorphose. La métamorphose immanente de l’araignée (arakhné) démontre la puissance technique du corps – ou bien la tekhné en tant que sa seule puissance primitive. Ce mythe est donc beaucoup plus qu’une allégorie de la prise du pouvoir sur le corps – l’opération de fond de toute (bio) politique. Il trace les contours d’une autre opération, d’une contre-opération, l’opération de la métamorphose : le corps ne se transforme qu’à travers l’invention de nouvelles techniques par lesquelles le corps lui-même devient une nouvelle arme. Comme si le mythe d’Arachné avait complété Deleuze deux mille ans en avance : il nous faut de nouvelles armes, il nous faut donc de nouveaux corps. Telle est la leçon – et l’exemple – d’Arachné, le double obscur de Prométhée.

The dark double of Prometheus – Metamorphosis and technics

As told by Ovid, the myth of Arachnè presents the potentiality of life as inseparable from the movement of metamorphosis. The immanent metamorphosis of the spider (arakhné) proves the technical power of the body – or tekhné as its real primitive power. Thus this myth is definitely more than an allegory of the seizure of power on the body – the ground operation of every (bio)politics. It draws another operation or counter-operation, that of a metamorphosis: the body changes but through the invention of new techniques through which the body itself becomes a new weapon. As if the myth of Arachnè had complemented Deleuze with an advance of two thousand years: we need new weapons, therefore we need new bodies. That is the lesson – and the example – of Arachnè, the dark double of Prometheus.

Organiser la désappropriation, libérer le commun, par

L’humain est en crise. Il lui faut sortir de sa construction anthropocentriste du monde pour retrouver le commun qui le précède, le déborde et l’appelle à sortir de lui-même. Les prémisses de cet appel révolutionnaire, dont l’enjeu est la libération du commun, se réalisent de par le monde à travers de nouvelles luttes politiques. Leur point commun : organiser la désappropriation. Leur objectif : l’abolition de la propriété. Ainsi s’engage une politique de l’hospitalité qui accueille sans discrimination tous les êtres et expressions de la nature, en-deçà d’une conception de la propriété et du propre comme motifs identitaires de l’humanisme et sources de l’exclusion et de la domination de ce qui existe, persiste, se meut hors de lui, sans lui.

Organizing the Disappropriation, Liberating the Common

Human being is in crisis. He has to escape the anthropocentric construction of the world, in order to recover the Common that precedes and goes beyond him. Premises of this revolutionary call, whose aim is the liberation of the Common, happe through the world via some new political struggles. Their common feature: organizing the dis-appropriation. Their goal: the abolition of property. That’s how a politics of hospitality is at stake, capable to accommodate every being and expression of nature, without any kind of discrimination, below a conception of property which lies at the core of humanism and is the origin of exclusion and domination of what exists, persists, moves out of human, without him.

Multitudes en images

Pierre Vanni. BitcoinConfusion / New Order?Un monde qu’on ne veut pas voirRuti Sela & Maayan AmirJoseph Yosef Dadoune .رخالا / רחאהSuzanne Doppelt. Dans le genre poésiePrice Seth. OK, just send me the billConsulter l'Icônes 52Making Do and Getting ByDe Téhéran et d’Ivry